Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

The Sixth Floor Museum

Imprimer

The Sixth Floor Museum

 

 

Lors d'un de mes voyages d'affaires à Dallas en juillet 2010, je suis allé visiter le fameux The Sixth Floor Museum (Le Musée du sixième étage), c'est dans ce bâtiment et même étage que Lee Harvey Oswald fut caché derrière une pile de boites pour assassiner John Fitzerald Kennedy, légèrement de biais à la route empruntée par l'auto du président américain.


Endroit où le tireur était placé

 Itinéraire du cortège

On se promène dans l'étage en lisant les grands panneaux relatant l'événement à la minute près, les diverses photos et documents d'époque y sont affichés, beaucoup de documents relevés de la presse. La recherche de l'assassin et de son arrestation sont mises en avant. Il y règne un grand silence car les visiteurs sont tenus de ne pas parler (fort), on a un guide audio disponible en plusieurs langues décrivant les panneaux et on y entend des enregistrements originaux.

Quelques documents sont aussi exposés pour parler de la polémique sur l'assassin, est-ce vraiment Oswald le tueur ?  Aussi quel est le rôle de Marilyn Monroe et de sa fin tragique ? Je pense qu'on n'a pas encore toutes les réponses !

C'est la semaine du cinquantième anniversaire de cet événement et je me souviens encore très bien de cette visite comme si c'était hier, dommage que la prise de photos étaient interdite car j'aurai pu en montrer plusieurs, seule la photographie du poster géant en entrée est autorisée, avec l'aimable autorisation et collaboration de la réceptionniste.

(Photo personnelle - Dallas le 13 juillet 2010)

 

  Et vous, que représente cet événement ?

 

Les Filles du Roy sont arrivées !

Imprimer

Les Filles du Roy sont arrivées !

 

Le 22 septembre 1663 sont arrivées les premières Filles du Roy, elles sont au nombre de 36 :

Marie-Anne Agathe (1637-1700)
Marie Albert (1643-1702)
Marguerite Ardion  (1638-1678)
Catherine Barré (1643-?)
Françoise Brunet (1635-1668)
Louise Charrier (1643-1706)
Catherine De Boisandré (1643-1685)
Marie Madeleine De Chevrainville (1650-1733)
Susanne De Licerace (1637-1723)
Jeanne Dodier (1636-1706)
Hélène Du Figuier (? -1681)
Catherine Dupuis (1645-1682)
Marie Faucon (1645-1709)
Catherine Fièvre (1646-1709)
Louise Gargottin (1637-1704)
Anne Gendreau (1642-1721)
Catherine Guillot (1646-1688)
Anne Labbé (?)
Marie Lafaye (1643-1708)
Joachine Lafleur (1644-1681)
Jacqueline Lauvergnat (1637-1698)
Anne Lemaître (1637-1698)
Anne Lépine (1637-1691)
Louise Menacier (1637-1687)
Françoise Moisan (1645-1718)
Catherine Moitié (1649-1727)
Marguerite Moitié (1648-1701)
Catherine Paulo (1645-1721)
Marguerite Peuvrier (1640-1709)
Catherine Pillat (1650-1717)
Marthe Ragot (1629-1693)
Jeanne Repoche (1639-1671)
Marie Repoche (1632-1704)
Marie Targer (1642-1704)
Mathurine Thibault (1632-1681)
Marie Valade (1649-1719) 

En ce jour du 7 août 2013 pour fêter leur arrivée il y a 350 ans, les Fêtes de la Nouvelle-France commence donc avec une reproduction grandeur nature au port de Québec. Le deux mâts RoterSand fut rebaptisé pour l'occasion l'Aigle d'Or avec à son bord les Filles du Roy. Monseigneur François de Montmorency-Laval et madame la ministre Agnès Maltais les attendaient sur le quai.

L'événement a été classé comme événement historique par le Répertoire du patrimoine culturel du Québec le 11 juillet 2013.

Cet article n'a pas pour but de refaire l'histoire de ces Filles, mais uniquement de faire partager l'événement pour ceux qui n'ont pu se déplacer. Je suis moi-même descendu du Saguenay-Lac-Saint-Jean avant de repartir sur Laval juste pour les voir ! Il y avait beaucoup de touristes, mais aussi énormément de québécois puisque la plupart ont une ou plusieurs de ces 36 Filles comme ancêtres ! Le moment fut émouvant et j'entendais autour de moi les gens se parler entre eux disant : " mon ancêtre était unetelle, et la tienne ? ".

 

  Et vous, étiez-vous à Québec en ce jour pour remémorer votre ancêtre Fille du Roy ?

 

Mon Congrès National de Généalogie de Marseille - 2013

Imprimer

Mon Congrès National de Généalogie de Marseille - 2013

 

Anouar Brahem - Astrakan Café
Astrakan Café Pt 2 [Instrumental]

 

(Palais des congrès de Marseille)

C’était mon premier congrès de généalogie en France pourtant je suis généalogiste depuis longtemps, il a fallu que j’assiste Daniel de GenoPresse (*) pour participer à l’un d’eux, mais nous avons fait ensemble les salons au Québec dont le salon des Familles Souches du Québec, le salon du Patrimoine à Trois-Rivières et surtout le salon des auteurs 2012 à Montréal qui a été un succès.

Nous sommes arrivés quelques jours auparavant pour se remettre du décalage horaire et pour visiter la région de Marseille, nous avons pu ainsi voir Arles, Cassis, le Château des Baux, le Château d’If, Frioul, Martigues et les fameuses calanques, tout ça sous un beau soleil alors que le reste de la France était sous la pluie. L'hôtel n'était qu'à quelques pas du congrès, bien pratique pour ne pas sortir l'auto dans les ruelles étroites, ça change des routes d'Amérique du Nord ! On a également profité de la cuisine méditerranéenne et siroter quelques pastis aux terrasses des cafés, un vrai plaisir.

Le palais des congrès n'offre pas un accès aisé au premier étage, l'entrée était étroite obligeant les arrivants à se tasser dans un minuscule espace. Les premiers exposants flanqués contre les murs de longs couloirs, l'espace intérieur perdu par de grandes baies vitrées donnant sur le jardin central inférieur. L'accès aux handicapés était toute une aventure. Quelques congressistes se sont faits offrir des salles de conférence minuscules d'une vingtaine de fauteuils ! Le deuxième étage bien que plus grand manquait de ventilation, les grandes baies vitrées et les spots lumineux chauffaient les stands tous les après-midis. Voila pour ce qui était de l'environnement.

(Premier étage)

(Un couloir)

La Grèce était le pays invité d’honneur, mais que faisaient-ils là à part vendre des statuettes de 15 cm à 20 cm et danser avec des chaises après les heures d’ouverture du congrès ? Chaque fois que je suis passé devant leur stand il n’y avait personne, on a beau être invité d’honneur, mais si leur stand n’a aucun rapport avec les sujet (ici la généalogie), je ne vois pas l’intérêt de leur présence...

(La Grèce et ses statuettes)

Le coin FamilySearch était égal à lui-même, quelques soient les pays où ils participent l’ambiance est toujours la même : des gens silencieux ne se montrant pas beaucoup. J’ai voulu approché un de leur membre qui m’avait fait la visite de leur centre d’indexation lors de mon voyage chez eux à Salt Lake City en octobre 2011. Il a détourné le regard exprimant son souhait de ne pas vouloir discuter. Ce n’est pas plus grave que ça, il y a d’autres personnes à rencontrer. L’annonce de la CNIL en avril dernier permettant à l’Église de publier et d’indexer les archives françaises leur a fait une bonne publicité, le taux de fréquentation de leur stand a été important.

(Le stand de FamilySearch)

Le stand de GenoPresse a connu un réel succès, bien placé entre les deux étages et proche des salles de conférence, les gens descendant les marches du deuxième étage ne pouvaient pas nous manquer. Entre les curieux, ceux qui connaissaient déjà le produit et le bouche à oreilles qui a marché très fort, il y avait tout le temps du monde. Daniel m’a fait la bonne remarque que les généalogistes des deux côtés de l’Atlantique sont identiques, avec les mêmes attentes malgré les quelques petites nuances géographiques et de langage. Nos livres réalisés avec le logiciel en a surpris plus d'un, démonstration à l'appui avec nos ordinateurs. 

(Moi et Daniel)

(Daniel et moi en pleine action)

J’ai eu le plaisir de voir, en vrai, quelques amis blogueurs et forumeurs de généalogie dont Philippe, Jean-Michel, Pixis...

(Daniel, moi et Philippe)

... et de discuter avec des personnes du Québec qu’on connait bien dont monsieur Marcel Fournier (historien et généalogiste du Québec) et madame Gisèle Monarque (présidente de la SGCF).

(Madame Monarque et monsieur Fournier)

Nous étions proche des stands de la Bretagne représentés par les 4 départements bretons, je ne sais pas ce qu’ils pensent de leur présence mais leur fréquentation n’était pas importante, tout comme les départements situés à l’opposé de l’hexagone par rapport à Marseille, ça beau être un salon national mais je pense que le concept serait à revoir. Il y a peu de clientèle locale concernée par les régions lointaines. Toute proportion gardée le stand espagnol était plus visité.

(Le stand des Côtes-d'Armor)

(Le stand du Finistère)

(Le stand du Morbihan)

Je reste persuadé qu'un seul stand par région serait plus efficace.

J’ai vu des choses intéressantes, particulièrement trois exposants dont il me semble ne pas avoir vu d’articles les concernant !

L'A.E.P.F. : Académie des Écrivains Publics de France

Je connaissais vaguement la profession d’écrivain public et ma curiosité m’a piqué d’autant plus qu’ils étaient de l’autre bord de la rue. Le stand de GenoPresse était placé à leur droite, quelle bonne idée ! Il est arrivé à quelques occasions que des généalogistes sont venus voir le stand de GenoPresse sans ayant de logiciel de généalogie pour saisir leurs données, mais voulant écrire leurs livres ou histoires, les écrivains publics sont bien mieux placés pour le faire, ils sont votre plume. Le principe de fonctionnement est simple : vous vous organiser pour rencontrer ces gens, ils vous interrogent sur ce que vous avez à raconter, ils vous aiguillent dans vos histoires, vous leur fournissez les documents familiaux. À la fin de vos rencontres, ils rédigent vos histoires, mettent en forme le livre avec photos et documents s'il y a lieu. Ils s'occupent de la publication et de l'édition. le gros avantage est le respect de la langue, pas de fautes orthographiques ni grammaticales.

(Le stand de l'AEPF)

ARNANO.

ARNANO est une toute jeune société française qui s’est spécialisée sur l’archivage de données sur disque de verre. Le principe est simple, vous leur envoyez vos données et la société les grave au laser dans une plaque de saphir ! Cette idée est géniale, les possibilités sont énormes surtout pour les généalogistes.  Voir l’article que j’ai consacré sur la compagnie ARNANO et leur technologie.

(Le stand d'ARNANO)

L'Atelier du Blason – J. Boischampion

Monsieur Boischampion nous a présenté son atelier et les différentes techniques pour réaliser les tableaux en vitraux au plomb sur fond de verre. Le résultat est unique et vaut le coup d’œil, chaque œuvre est documentée historiquement. Monsieur Boischampion peut vous aider à bâtir votre propre blason basé sur votre histoire familiale, les professions récurrentes, les lieux, etc. Il y a plusieurs formats de tableaux et de complexité de réalisation, le prix est élevé mais c'est un objet unique et personnalisé !

(Le stand de l'Atelier du Blason)

J'ai manqué de temps pour m'arrêter à certains stands dont MyHeritage dont j'avais quelques questions techniques à poser, surtout à essayer de savoir quelles seront les prochaines avancées, et si l'interface de ce logiciel allait être un peu amélioré. J'ai quand même pu sympathiser avec les deux charmantes représentantes du stand fort bien tenu. D'ailleurs ce sont quelques instants après la photo que j'ai croisé Grégory qui venait se présenter au stand de MyHeritage. Gregory a fait un excellent article au sujet de leur logiciel Family Tree Builder.

(Moi, Élisabeth et Élisa de MyHeritage)

Au détour des stands on fait de bonnes rencontres, sympathisant avec des personnes toutes aussi passionnées, échanges de bons services, mettre des visages sur des noms. Parmi ces rencontres, la Belgique, le Fil d'Ariane, les journalistes Guillaume de Morand et Charles Hervis de la RFG, Paul Povoas de la revue Votre Généalogie.

(Le stand de GéniWal, Gérard et moi)

 (Le stand du Fil d'Ariane, moi et ses membres)

Il y avait d'autres stands qui méritaient mon attention, manque de temps, d'autant plus que beaucoup d'entre eux ont plié bagages sur l'heure de midi le dernier jour, bien avant un incident concernant une personne de l'organisation du congrès, c'est dommage pour ceux qui sont venus ce dernier jour.

Les rendez-vous pour Poitiers en octobre 2015 et Le Havre 2017 ont été annoncés. Monsieur Thierry Chestier de Poitiers a clôturé le congrès en salle de conférence pour annoncer le XXIIIe Congrès National de Généalogie de Poitiers 2015. L'invité d'honneur sera le Québec, et probablement avec une organisation légèrement différente de tout ce qui a été faite jusqu'à maintenant, il y aurait accessibilité aux petits exposants, je demande à voir les conditions et surtout les prix, car il ne faut pas se leurrer, se faire facturer une connexion internet unique à 50 euros pour trois jours à Marseille, on est loin du gratuit au Québec. Il y aura plus de connaissances à croiser car le Poitou-Charente a des liens étroits avec le Québec.

Le congrès de Marseille fut une belle expérience, la rencontre avec les différents acteurs est gratifiante, l'organisation était somme toute assez bonne mais perfectible.

Merci à Philippe et Jean-Michel pour leurs photos, ainsi que les personnes m'ayant accordé la publication de leur stand avec elles.

(*) Mes propos dans cet article n’engagent que moi et ne sont en aucun cas une position de GenoPresse.

  Et vous, quelles sont vos impressions du congrès de Marseille ?

  Et vous, serez-vous de la partie au XXIIIe Congrès National de Généalogie de Poitiers 2015 ?

 

Voyage à Salt Lake City - Octobre 2011

Imprimer

Salt Lake City est LA place pour tous les généalogistes qui veulent gagner du temps, outre le fait que les archives soient conservées et mises à disposition par l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours par l'entremise de la bibliothèque de Family Search, personne ne va vous endoctriner, il faut vous enlever cette idée de la tête.

 


J'y suis allé avec un groupe de généalogistes du Québec, avec mes outils : un ordinateur portable et quelques clés USB, mes généalogies, la liste des individus à chercher dans le département du Finistère avant que le conseil général ne commence à mettre en ligne sur internet ses registres. J'avais au préalable noté les numéros de bobines depuis le site de recherche de FamilySearch, quel bon outil ! Il ne m'a fallu qu'une journée pour trouver les vues de mes ancêtres, de les numériser directement sur clé USB, mettre à jour les sources dans Heredis, et le tour est joué. Tout ceci possible par la formidable organisation, les outils à disposition et l'aide des Elders et Sisters de la FamilySearch Library. j'avais donc du temps pour faire d'autres recherches non prévues, d'aider à transcrire de vieux actes de mes collègues et nouveaux amis, et de visiter cette grande libraire.

Les chercheurs présents sont tous affairés à visionner les milliers de microfilms dans diverses langues. Un de mes voisins, un américain du Massachussetts, tentait de déchiffrer l'allemand du dix-neuvième siècle. Nous avons entamé la discussion, m'entendant parler français, il m'a demandé de lui traduire un vieux document. Ses origines d'Europe lui ont amené à venir à Salt Lake City pour les mêmes raisons que tout le monde, tout y est centralisé. Petite anecdocte, il ne comprenait pas que des québécois faisaient le déplacement car tous les registres sont disponibles au Québec, la plupart des individus déjà indexés, et les archives riches de tous les documents, il disait jalousement : it's a piece of cake doing this genealogy ! Je n'ai pas répliqué.


En tant que groupe étranger, nous avons été invités à découvrir l'envers du décors ! la bibliothèque n'est que la vitrine publique de cette organisation. Un dirigeant de l'Église nous a montré les salles d'Indexation, les salles contrôlées en température et en hygrométrie pour les disques durs venant des quatre coins du monde, les multiples serveurs et les logiciels spécifiques. Chaque bâtiment et chaque salle sont surveillés, on comprend le fait qu'ils détiennent une richesse hors du commun, mais on n'entre pas là comme simple visiteur ; c'est une grosse machine....

 


Nous avons fait une tentative pour entrer dans la voûte, cette fameuse grotte creusée de 700 pieds dans la Granite Mountain, elle abrite des milliers de mètres carrés de microfilms et documents conservée depuis 1938. Autres chiffres plus parlant : 2,4 millions de bobines de microfilms, 3,5 milliards d'images, des données liées à des milliards de personnes dans plus de 100 pays dans 170 langues. L'entrée nous a été refusée, dommage.


L'autre but du voyage était aussi le tourirsme, divisé en deux parties : les lieux saints et les environs. Le centre-ville tourne autour du Temple des Mormons, chaque rue est numérotée en fonction de la distance par rapport au Temple, on ne risque pas de se perdre grâce à ce repère. Le transoprt en commun est gratuit, la ville est très propre, les gens sont courtois. Les rues sont larges, notre guide nous a fait savoir que cela date de la construction du Temple fait de blocs de pierres de granit venant des montagnes proches, il faillait faire en sorte que les chariots transportant les blocs puissent faire demi tour sans difficulté.

La légende dit aussi que le pionnier et fondateur de la ville, Brigham Young, devait pouvoir se promener en ligne avec ses femmes (55 en tout) et ses enfants, main dans la main, on imagine le nombre de personnes que cela faisait.

La ville est située entre les pieds des montagnes rendues célèbres par les jeux olympiques d'hiver de 2002 et le Grand Lac Salé, quel contraste ! 

Un peu plus loin il y a Provo, la ville rivale de Salt lake City, rivale parce que le siège social d'Ancestry y est implantée. Ancestry le tout payant, FamilySearch le tout gratuit. Le nom de Provo vient d'un trappeur québécois Étienne Provost, arrivé dans la région en 1824 et il est considéré comme étant le premier blanc à avoir aperçu le Grand Lac Salé.

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en avril ?

Avril est le mois du poisson, alors ne vous faites pas avoir... Mais d'où vient cette histoire ?

Avril est aussi le mois des ancêtres...

GeneaBloggers

Ce blog est référencé dans