Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

Mgr. Marc Ouellet, futur pape (?) de souche québécoise

Imprimer

Mgr. Marc Ouellet, futur pape (?) de souche québécoise

 

(NDLA : Les images peuvent être longues à charger)

Monseigneur Marc Ouellet n'échappe pas à la tradition québécoise ! Issu d'une lignée de cultivateurs, ses arrières-grand-parents paternels Louis Ouellet (1861-1929) et Marie Ouellet (1864-1935) sont parents au 4° degré, c'est à dire qu'ils sont les enfants issus de cousins issus de germains (droit canon). Mieux encore, les grand-parents de ce Louis Ouellet (1861-1929), Joseph Ouellet (1805-1838) et Marie-Bonne Paradis (1810-1886) sont parents du 4° au 5° degré, ce qui donne ce joli arbre. La raison en est assez simple, tous ses ancêtres partant du premier colon venant de France René Ouellet (entre 1632 et 1644-1722) en descendant jusqu’à Octave Ouellet (1827-?) et Achille Ouellet (1831-1907) sont restés dans la même région de Kamouraska et La Pocatière sur la rive sud du Saint-Laurent, zone extrêmement peu dense en population et ce depuis le début de la Nouvelle-France, encore actuellement la population ne dépasse guère les 700 habitants pour 40 Km2, il est donc normal d'y trouver une forte consanguinité.

Mais ce qui devient surprenant, est la suite, Octave et Achille ont déménagé dans la même région du Lac-Saint-Jean, leurs enfants Louis Ouellet et Marie Ouellet se sont mariés à Ottawa en Ontario ! De retour au Québec, Louis et Marie Ouellet se sont installés en Abitibi-Témiscamingue à la Motte, leur descendance y restera et Mgr. Marc Ouellet y est né.

 

Vous allez me demander pourquoi avoir mis cet article dans la section Famille ? La réponse est simple, car tous les québécois de souche sont cousins, et plus d'une fois. Ma petite Chloé n'échappe pas à la règle, son arrière-arrière-arrière-grand-mère est Rose Ouellet descendante au 5° degré de René Ouellet de son deuxième mariage avec Marie Mignot. Chloé et Marc Ouellet sont donc parents au 10° degré, du 10° au 11° degré, du 11° au 10° degré et au 11° degré. Ils sont aussi parents par les ancêtres Pierre Tremblay (1626- av. 1689) et Abraham Martin (vers 1589-1664) parmi les plus connus des premiers colons québécois.

L'autorité curiale en Nouvelle-France

Imprimer

Dans les registres des BMS de Beauport (Québec), on y trouve pour l'année 1677 l'avertissement suivant de l'évêque de Québec qui avait tous les pouvoirs religieux en Nouvelle-france :

Francois par la grace de Dieu et du St Siege premier Evesque de Quebec à tous les prestres ayant soin du salut des âmes et faisant les fonctions curialles dans toute la nouvelle France, Salut, ayant appris un mépris de notre ordonnance du 29 mars 1664 les abus qui se commettent au regard du sacrement de Baptesme. Pour obeier aux accidens frequens qui arrivent en ce pais et a ce que personne ne prétende cause d'ignorance du temps auquel les enfans doivent estre Baptises, nous vous mandons de publier au prosne que nous ordonnons a tous les peres et meres de quelque qualité et condition qu'ils soient de faire baptiser leurs enfans aussitost apres leur naissance, nous leur deffendons pareillement d'en ondoyer ou faire ondoyer aucun en la maison s'il n'est en peril de mort. Et en ce cas nous ordonnons que celuy qui aura été ondoyé soit sans delai porté a l'Eglise pour y recevoir les saintes ceremonies du Baptesme.
Ordonnons tout ce que dessus sur peine d'interdiction encouru ipso-facto par les d. peres et meres pour un mois de l'entrée de l'Eglise et en cas de contumace, d'excommunication, apres avoir été avertis de la part des curés de faire aussitost qu'ils en auront connaissance.
Voulons en outre que nostre pnte ordonnancier soit enregistré au livre des baptesmes de chaque paroisse et que lecture en soit faite au prosne de six mois en six mois. Donné a Quebec sous le sceau de nos armes le cinquiesme jour de Février 1677.

Francois Evesque de Quebec par Monseigneur Francheville

Collationné sur l'original
 
(Registre de Beauport - 1673-1699 vue 10/162)

La raison de cet avertissement ? En fait beaucoup d'enfants étaient ondoyés à la maison par la sage-femme. L'église ou la chapelle était parfois bien loin des fiefs ou de la seigneurie. L'hiver froid et rude faisait que les gens ne sortaient pas beaucoup. Le missionnaire ne passait pas souvent dans les coins les plus reculés de la Nouvelle-France. L'évêque voyait ainsi une diminution de la fréquentation des paroissiens, ce qui n'était pas bon pour leur église !

 

 

  Et vous, avez-vous des écrits d'officiants religieux rappelant à l'ordre ses paroissiens ?

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en août ?

Ce sont les vacances !

GeneaBloggers

 Ce site est référencé par Thomas McEntee