" Hier c'est de l'histoire

Demain est un mystère.

Aujourd'hui est un cadeau.

C'est pourquoi on l'appelle le présent."

Jdan Noritiov

Devisse - Combey, un couple français, anglais ou amérindien ?

 

C'est rare qu'un couple en généalogie m'arrête, mais celui-là me pose problème comme à un certain nombre de généalogistes qui en descendent ou qu'ils soient alliés.

Il s'agit de Samuel Devisse et de Marguerite COMBEY, ou Marguerite JUBERT, ou Marguerite ONNEBÉ, ou encore Marguerite OUAMBÉ ! Étonnant et pourtant il s'agit bien de la même Marguerite.

Le mariage de ce couple est introuvable, trois enfants sont identifiés à Maskinongé (Mauricie, Québec) avec des écarts d'années importants. Dans l'ordre voici ce qu'il est connu et reconnu :


Mariage de Marguerite Devisse et de Pierre Doucet à Maskinongé le 1 mars 1802 :

 Paroisse de Saint-Joseph de Maskinongé - FamilySearch

 

Baptême de Julie Devisse le 30 juillet 1803 à Maskinongé, âgée de 12 ans :

 Paroisse de Saint-Joseph de Maskinongé - FamilySearch

Mariage de Julie Devisse et de François Thibodeau à Maskinongé le 29 février 1808 :

 Paroisse de Saint-Joseph de Maskinongé - FamilySearch

Mariage de Samuel Devisse et de Marie Ayot à Maskinongé le 24 janvier 1814 :

Paroisse de Saint-Joseph de Maskinongé - FamilySearch

Outre que le fait que le père soit constamment nommé Samuel Devisse (et une fois  feu Jean Devisse au mariage de Julie), la mère porte quatre noms différents dont trois qui sembleraient être écrits de manière phonétique :

COMBEY au mariage de sa fille Marguerite - 1802
ONNEBÉ au mariage de sa fille Julie - 1808
OUAMBÉ au mariage de son fils Samuel - 1814

Pourquoi Marguerite s'appelle-t-elle JUBERT au baptême de sa fille Julie ? car il n'existe aucun autre Samuel Devisse dans la paroisse de Maskinongé.

Le nom Devisse n'est pas courant non plus, cela ressemble à un nom anglophone Davis, Samuel n'est pas un prénom catholique, du moins pour l'époque. Je verrais bien Samuel Davis, anglais d'origine ou nom d'emprunt, transformé phonétiquement en Samuel Devisse.

Leur fille Julie baptisée à l'âge de 12 ans voudrait dire que soit elle n'est pas catholique de naissance ou alors d'aucune religion pour pouvoir se marier religieusement à l'église.

Le baptême de Marguerite (fille) et de Samuel (fils) ne sont pas trouvés.

Les présents et les parrains inscrits dans les actes ne sont porteur d'aucun des deux noms du couple.

Cela fait beaucoup d'inconnues pour pouvoir connaître l'origine du couple.

Je fait cette recherche pour un membre de la famille, descendant de Marguerite Devisse (fille) et de Pierre Doucet. Ils ont eu un fils prénommé Samuel né en 1809 à Maskinongé et marié à Étiennette Baron le 3 juin 1833. Eux ont eu une fille Georgina Doucet qui s'est mariée à François-Xavier Mayer à Saint-Justin (Mauricie, Québec) en 1874. Ces derniers ont eu 12 enfants.

J'ai pu remonter l'ascendance complète de François-Xavier Mayer dans les limites possibles des archives, tous ses ancêtres sont français. Je possède une de leur photo.

François-Xavier Mayer, Georgina Doucet et leur 12 enfants

François-Xavier Mayer, Georgina Doucet et 11 de leurs enfants

À bien regarder le visage de Georgina Doucet et de quelques uns des enfants, il semblerait qu'il y ait du sang indien, je pense que les ancêtres Samuel Devisse et Marguerite COMBEY (ou Marguerite JUBERT, ou Marguerite ONNEBÉ, ou encore Marguerite OUAMBÉ) y soit pour quelque chose !

Il existait une communauté amérindienne dans les environs de Maskinongé, je pense que c'est par là qu'il faut chercher.

Et vous, connaissez-vous ce couple sans origine connue ?

Commentaires   

0 #12 Hervé 07-03-2015 19:29
Le lien vers la page commémorative de David David à Chambly. Sa mère Marguerite Wombey y est citée, écriture venant sans doute de l'acte de son mariage.
Dans la zone de recherche tapez Wombey

www.societehistoirechambly.org
Citer
0 #11 Hervé 07-03-2015 19:17
Citation en provenance du commentaire précédent de Marcel Lalanne :
Citation en provenance du commentaire précédent de Caroline Perreault :
Moi aussi cette lignée me donne des problèmes...
Je crois avoir trouvé l'acte de sépulture de Margaret Wooby (hey oui, une nouvelle orthographe!)en l'église de Christ Church de Sorel le 5 juin 1804. Disponible en ligne sur le site BANQ.


Découverte fortuite d'un mariage qui appuit la découverte de Mme Perreault : David Davids (Samuel et défunte Marguerite Wombey)avec Hortence Lukin,17 mai 1819 dans la paroisse St-Joseph de Chambly (dans FamilySearch, image 747 de 931)
Bonsoir Marcel et encore une autre belle découverte !
Je ne vous cacherai pas que depuis deux jours je me suis remis à cette enquête. Dans les recherches j'ai trouvé un Samuel David, écuyer médecin, se mariant avec Catherine Bazin le 22 nov. 1847 à St-Ours, fils de feu écuyer lieutenant colonel de milice, marchand, David David et d'Hortense Lukin de Chambly ! Vous venez donc de connecter tout ce beau monde.
David David a une page commémorative à Chambly, il est dit fils de Marguerite Wombey.
Citer
+1 #10 Marcel Lalanne 07-03-2015 16:14
Citation en provenance du commentaire précédent de Caroline Perreault :
Moi aussi cette lignée me donne des problèmes...
Je crois avoir trouvé l'acte de sépulture de Margaret Wooby (hey oui, une nouvelle orthographe!)en l'église de Christ Church de Sorel le 5 juin 1804. Disponible en ligne sur le site BANQ.


Découverte fortuite d'un mariage qui appuit la découverte de Mme Perreault : David Davids (Samuel et défunte Marguerite Wombey)avec Hortence Lukin,17 mai 1819 dans la paroisse St-Joseph de Chambly (dans FamilySearch, image 747 de 931)
Citer
+1 #9 Marcel Lalanne 05-03-2015 19:28
Citation en provenance du commentaire précédent de Hervé :
Citation en provenance du commentaire précédent de Caroline Perreault :
Moi aussi cette lignée me donne des problèmes...
Je crois avoir trouvé l'acte de sépulture de Margaret Wooby (hey oui, une nouvelle orthographe!)en l'église de Christ Church de Sorel le 5 juin 1804. Disponible en ligne sur le site BANQ.
Bonjour Caroline, vous dites Christ Church à Sorel en 1804 ? je ne vois pas cette date de registres à Sorel, les registres de Christ Church commencent en 1810, même sur FamilySearch et Ancestry. Auriez-vous un lien ?


Registres des églises protestantes, 1763-1967 Sorel 1804 image 16 sur 26
Citer
0 #8 Hervé 05-03-2015 16:50
Citation en provenance du commentaire précédent de Caroline Perreault :
Moi aussi cette lignée me donne des problèmes...
Je crois avoir trouvé l'acte de sépulture de Margaret Wooby (hey oui, une nouvelle orthographe!)en l'église de Christ Church de Sorel le 5 juin 1804. Disponible en ligne sur le site BANQ.
Bonjour Caroline, vous dites Christ Church à Sorel en 1804 ? je ne vois pas cette date de registres à Sorel, les registres de Christ Church commencent en 1810, même sur FamilySearch et Ancestry. Auriez-vous un lien ?
Citer
0 #7 Caroline Perreault 05-03-2015 16:01
Moi aussi cette lignée me donne des problèmes...
Je crois avoir trouvé l'acte de sépulture de Margaret Wooby (hey oui, une nouvelle orthographe!)en l'église de Christ Church de Sorel le 5 juin 1804. Disponible en ligne sur le site BANQ.
Citer
0 #6 Hervé 09-06-2014 21:17
Citation en provenance du commentaire précédent de Cedeca desbranches :
L'interprétation avec le BE final est séduisante...
Parfois cependant l'épouse est aussi appelé du nom de sa mère, je pense que des recherches ont déjà été faites sur ce patronyme dans le secteur...

Il serait trop facile que comme de temps en temps, le prêtre est juste mis dans deux actes consécutifs le même nom par erreur.
Je ne pense pas que les deux curés se soient trompés, surtout avec des années aussi lointaines les unes que les autres. Mais chacun ont utilisé des phonèmes pour écrire les noms, ça c'est sûr. On voit qu'on peut en sortir quelque chose au son, mais quel nom est le plus proche de la réalité ? J'ai l'impression que c'est Combey, car j'ai trouvé des Combey, anglais et irlandais, mais plus récemment. Cela viendrait poser d'autres questions sur le type de faciès de ces personnes !
Citer
0 #5 Cedeca desbranches 09-06-2014 05:36
L'interprétatio n avec le BE final est séduisante...
Parfois cependant l'épouse est aussi appelé du nom de sa mère, je pense que des recherches ont déjà été faites sur ce patronyme dans le secteur...

Il serait trop facile que comme de temps en temps, le prêtre est juste mis dans deux actes consécutifs le même nom par erreur.
Citer
0 #4 Hervé 08-06-2014 16:40
Citation en provenance du commentaire précédent de Marcel Lalanne :
Bonjour,Lucie Delarosbil m'avait déjà parlé de votre recherche. SI cela peut vous aider : Marie,une fille de Samuel Devisse et Marie Ayotte, a marié Jacob (Jacques) Esinger (Eisinger)le 13 juin 1836 à St-Jean-sur-Richelieu.Le couple est recensé aux USA plus tard. D'autres enfants de Samuel et Marie baptisés à St-Jean : Marie Claire (1829), Pierre décédé en 1832, Eléonore (1833) et décédée en 1838, Samuel (1835).
Je m'excuse d'être brouillon, mais je me rappelle qu'un Davis dans la région de Sorel s'est retrouvé avec un nom allemand totalement différent dans la région de Lanaudière (ou au nord de Montréal).
Bonjour Marcel, je ne savais pas ce couple allait faire l'objet de tant de recherches, et merci encore pour avoir regardé cela. Je ne parle pas dans l'article toutes les recherches que j'ai fait au préalable, je ne voulais pas noyer "le poisson" dans trop d'informations car aucune récoltée n'aboutit à rien ! En effet, je suis parti de tous les Devisse / Davis / Dany(is) / David depuis l'origine de la colonie en descendant jusqu'à trouver ceux qui se sont établis en Mauricie et Lanaudière, puis de tous les descendants des enfants du couple jusqu'à ce qu'il soit possible de trouver d'autres informations et photos, mais je n'ai jamais trouvé personne qui aboutisse à Samuel Devisse, au moins c'est lui qui a un nom plus facilement identifiable, car il faut avouer que le nom de sa femme n'est en aucun cas une forme linguistique européenne. Je tente également de trouver les contrats de mariages des enfants, ceux-ci, s'ils existent, devraient être plus fournis en informations, mais là je tâtonne encore !
Citer
0 #3 Hervé 08-06-2014 16:31
Citation en provenance du commentaire précédent de Jean-Michel GIRARDOT :
Très intéressant et perspicace : les variations sur le nom de l'épouse suggèreraient des tentatives pour reproduire un phonème amérindien qui n'existe ni en français ni en anglais. La forme Jubert elle-même pourrait se rattacher à cette interprétation.
J'aime ce point de vue, vous pensez à un prêtre trop zélé qui aurait volontairement francisé le plus possible le nom ? Ma foi j'aime cette suggestion, le BE final est là, mais les deux autres phonèmes remplacés par quelque chose de plus connu. On devrait faire appel à un généalogiste linguiste !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Contact

- Auteur : Hervé Pencalet

- Lieu : Laval (Québec)

Utilisez la fiche contact pour me joindre.

Suivez-moi sur ...

 

 

Ce site est référencé sur

head1.jpg