Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

Les cimetières sources généalogiques et insolites

Imprimer

Les cimetières sources généalogiques et insolites

 

Il y a des lieux où le généalogiste aime passer son temps mais les cimetières sont parfois délaissés alors que nos plus proches ancêtres s'y trouvent. Les épitaphes contiennent les éléments de base tout comme les documents d'archives : un ou plusieurs noms, des dates et quelques mentions, le lieu d'inhumation est par défaut celui de la pierre tombale.

Les épitaphes sont en général peu bavardes en mention, pourtant il existe dans chaque cimetières certaines qui dévoilent la vie des aïeux, certaines contiennent des erreurs, d'autres rendent hommage aux défunts, certaines ont des formes peu communes. On pourrait en montrer des centaines avec des particularités pour chacune d'entre elles.

 

La première que je voudrais montrer est une qui pourrait poser problème à un non membre de cette famille qui se trouve au cimetière de Charlemagne (Lanaudière), tout de suite à droite de l'entrée principale, mais des indices permettent de faire des recherches au sujet des ces individus :

 


(Famille S/Champagne - Cimetière de Charlemagne)

Ici repose Ernest Shampagne, Effie Laelam, Ross Champagne, Simone Champagne et Claire Champagne, le nom de famille au pied de l'épitaphe est Shampagne. Il va de soit que le nom devrait être Champagne avec C comme initiale, probablement des descendants d'un colon venant de la région Champagne en France, militaire d'un des régiments de Carignan. Mais pourquoi donc inscrire le nom avec un S ? La réponse vient du troisième individu enterré ici : Ross est un prénom anglophone. Sans donner des détails sur les recherches que j'ai faites, il se trouve que Ross est le fils d'Ernest et d'Effie, les deux derniers étant mari et femme qui se sont connus dans l'état du Vermont (États-Unis) et se sont mariés à Swanton en 1895, Ross est né à Hilgate ainsi que son frère Wyman (source : recensement des États-Unis 1910). Effie Laelam est née également dans l'état du Vermont, de son vrai nom Omélia Laflamme, Effie étant son surnom ! Il est curieux de voir que le F se soit transformé en E, à bien y réfléchir c'est sûrement une erreur de transcription. Le même recensement américain précise que le couple et les enfants sont anglophones. Ils ont immigré au Canada en 1920 et ont vécu à Montréal dans un quartier aussi anglophone. Simone Champagne est la femme de Ross, née Simone Alexandre Dalpé. Claire est la fille de ce dernier couple. Le fils Wyman qui n'est pas sur l'épitaphe, s'est installé à Calgary. L'orthographe ici est donc liée à la langue.

 

Les familles qui ne bougent pas reposent en général au même endroit, il suffit d'avoir un des descendants pour retracer sa lignée sur un siècle ou plus, ce genre d'épitaphes aide beaucoup au généalogiste, toutefois elles peuvent contenir des erreurs ! En effet, la seconde en exemple a été rénovée il y a quelques années et c'est le doyen de la famille (qui est dans sa neuvième décennie, fils de Camille Sylvestre et de Flora Bellemare) qui a donné les informations au graveur.

 


(Famille Sylvestre - Cimetière de Louiseville)

Il suffit de retrouver les inhumations de Louiseville (Mauricie) pour découvrir que Norbert Sylvestre n'est pas né en 1869 comme inscrit sur l'épitaphe, mais en 1868 ! Notre doyen a transmis une mauvaise information au graveur, mais qui lui en voudra ?

 

Avec la troisième épitaphe on atteint, je pense, le summum du nombrilisme, ou alors les différentes associations (voir les présidents du Mouvement Desjardins) dont le défunt était membre se sont réunies en comité pour rendre hommage à ce grand homme. Difficile à savoir qui a décidé que son curriculum-vitae soit inscrit sur son épitaphe, probablement pas sa femme qui est décédée avant lui. En tout état de cause, ses descendants n'auront pas de difficulté à retracer sa vie professionnelle !

 

(Émile Girardin - Cimetière d'Yamachiche)

 

Voilà ce que je pense être la pire de toutes les épitaphes ! Autant je ne vois aucun souci à être prévoyant à cotiser jeune dans sa retraite que de voir son futur lieu de repos est refroidissant, de plus imaginez que le couple se sépare, il faut en faire graver une autre. Elle n'apporte pas grand chose au généalogiste sauf une certitude sur un couple vivant en espérant à ne pas avoir à faire avec un couple homonyme.

 

(Cimetière d'Yamachiche)

 

Lors d'une visite au musée Louis Cyr à St-Jean-de-matha (Lanaudière), je suis allé voir la tombe de l'homme le plus fort du monde. J'avoue que la première lecture de son épitaphe n'est pas évidente à comprendre, sa femme étant inscrite deux fois avec deux orthographes différentes : Melina et Emelina ; elle fut baptisée Marie Dina Gilbert dit Comtois. Ce n'est pas non plus le vrai prénom de baptême de Louis qui est inscrit sur l'épitaphe, qui est Cyprien-Noé, mais lorsqu'on a sa renommée, on peut se le permettre.

ICI REPOSE
LOUIS CYR
champion des hommes forts,
époux de
EMELINA COMTOIS
déc. le 10 nov 1912
agé de 49 ans et 1 mois
Son épouse
MELINA COMTOIS
déc. le 28 oct 1917
agée de 54 ans.

 

(Louis Cyr - Cimetière de St-Jean-de-Matha)

 

Encore au cimetière de St-Jean-de-Matha, il y a quelques tombes fabriquées de bois avec une écriture bien singulière, je me demande si cela ne viendrait pas du fait que ce soit le charpentier du village qui ait temporairement remplacé le graveur de pierre !

 


(Cimetière de St-Jean-de-Matha)

 

Lorsqu'on traverse Yamachiche par l'axe principal, on remarque une douzaine de maisons à briques rouges. La première idée qui passe par la tête est que l'architecte doit être le même pour toutes ces constructions. En effet, il suffit de traverser cet axe principal pour découvrir sa tombe qui lui rend hommage !

 

(Georges Félix Héroux - Cimetière d'Yamachiche)

 

Toujours dans le cadre des descendants qui conservent le patrimoine de leurs ancêtres, cette dernière épitaphe est le rêve de tous généalogistes, c'est un véritable arbre généalogique en soi et pourtant elle contient beaucoup d'erreurs jusqu'au premier ancêtre, en effet les erreurs portent sur les dates car par exemple le premier colon français Pierre Milot est né en 1728, Marie Blais, la femme de Pierre, est née en 1724, Marie Tousignant,  elle, c'est en 1772. Mais qu'importe, ces erreurs ne devaient pas mettre un frein à établir une ascendance complète, l'exactitude viendra aisément avec les registres. Si elles étaient toutes comme celle-là ... :

 

(Famille Milot - Cimetière d'Yamachiche)

 

   Et vous, étudiez-vous les épitaphes ?

Épitaphes pour matériaux de construction

Imprimer

Épitaphes pour matériaux de construction

 

Le voisin de mon beau-père à Yamachiche, jeune propriétaire, a entrepris des travaux de rénovation des murets de son entrée. La neige, la glace et le dégel ont eu raison des murets en les déformant. L'ensemble est fait de manière artisanale par un ancien propriétaire "ramasse-tout" il y a quelques années, aux dires de mes beau-parents, vers les années 1980.

Le muret dégradé des voisins - Photo personnelle

Première étape : enlever les pierres, la terre et les joints de ciment. Seconde étape : séparer les pierres par forme et taille puis les nettoyer. Troisième étape nettoyer l'entrée et redonner forme à l'ensemble. Cinquième étape remonter les murets mais plus solidement qu'ils l'étaient avant.

Seulement voila, la troisième étape dévoile des pierres peu ordinaires...

Ce ne sont pas des pierres ni des roches, mais des morceaux d'épitaphes difficiles à identifier, à part ces morceaux recomposés :

Vue rapprochée des derniers morceaux :

NARCISSE GARCEAU

décédé

Le 18 Juin 1883

âgé de 45 ans

Et son épouse

DELIMA .... ANG...

Et son épo...

DELIMA  ...AN

Dé..

Le 1e..

 

..10

 8

Je pense qu'avec ces quelques informations il est possible d'identifier ce couple avec Ancestry.ca, en effet, une recherche avec Narcisse Garceau je trouve le couple Narcisse Garceau marié avec Rose de Lima Langlois le 11 février 1862 à Yamachiche.

Le prénom Rose de Lima se note aussi comme Rose DELIMA et Rose DÉLIMA, il ne faut pas s'étonner des variantes entre les actes et les épitaphes.

 Mariage de Narcisse Garceau et Rose de Lima Langlois - Yamachiche 1862 - Ancestry.ca, collection Drouin

Ce Narcisse Garceau, s'il correspond à ce couple serait décédé le 18 juin 1883, âgé de 45 ans comme noté sur l'épitaphe, et j'obtiens :

Sépulture de Narcisse Garceau - Yamachiche - 21 juin 1883 - Ancestry.ca, collection Drouin

Narcisse Garneau, d'après cet acte de sépulture est décédé le 19 juin 1883, âgé de 45 ans, le seul Narcisse Garceau décédé à Yamachiche le 18 juin 1883 comme noté sur l'épitaphe.

Rose de Lima Langlois, épouse de Narcisse Garceau est décédée en 1910 comme noté sur son acte, décédée le 2 septembre, l'épitaphe note le 1er. qui correspondrait à :

Sépulture de Rose de Lima Langlois- Yamachiche - 25 septembre 1910 - Ancestry.ca, collection Drouin

Aucun doute que l'épitaphe appartient au couple trouvé ci-dessus.

Les concessions des cimetières sont libérées par lot au bout de quelques années lors que la famille ne s'en occupe plus, les épitaphes sont retirées et les corps mis en fosse. Peut-on restituer ces morceaux à leurs descendants ?

Voici les enfants du couple que je trouve :


1. Evariste Garceau
    Naissance 1863 à Yamachiche - Décès 1899 West Warwick, Kent, Rhode Island, USA.

2. Narcisse (Gaspard) Garceau
    Naissance 1865 à Yamachiche – Décès avant 1891 (inconnue des recensements).

3. Evelina Garceau
    Naissance 1866 à Yamachiche – Mariage 1886 à Warren, Bristol, Rhode Island, United States - Décès 1895 Warren, Bristol, Rhode Island, USA.

4. Albina Garceau
   Naissance 1866 à Yamachiche – Décès avant 1877 (une seconde Alvina est baptisée en 1877).

5. David Garceau né vers 1869 (recensement 1891, inconnu par ailleurs).

6. Élodie Garceau
  Naissance 1869 à Yamachiche – Mariage avec Napoléon Boucher - Décès 1948 à Providence, Rhode Island, USA.

7. Anne Garceau vers 1871.

8. Azilda Garceau
    Naissance 1873 à Yamachiche – Mariage 1892 à Natick, Warwick, Rhode Island - Décès en 1992 à Warwick, Rhode Island, USA.

9. Flore Garceau
    Naissance 1875 à Yamachiche – Décès 1948 à Providence, Rhode Island, USA.

10. Albina Garceau
    Naissance 1877 à Yamachiche – Résidence 1901 à Saint-Alexis-des-Monts.

11. Eva Garceau
    Naissance 1879 à Yamachiche – (inconnue par ailleurs).

12. Joséphine Garceau
     Naissance 1881 à Yamachiche – Décès 1886 à Yamachiche.

 

Les enfants ne sont pratiquement pas restés dans la région, la plupart ayant migré aux États-Unis comme beaucoup de leur génération pour trouver du travail. Il me reste encore trois à trouver enfants (David, Anne et Eva) mais il semble qu'ils ne soient pas restés dans la région, pas de mariage ni de recensement à leur nom. Affaire à suivre.

Comme m'a fait remarquer une lectrice assidue (merci Myriam) de mon blog, en plus Narcisse Garceau était bedeau !...

 

  Et vous, avez-vous trouvé des épitaphes hors cimetière ?

La rue Jean-Baptiste-Gélineault à Yamachiche

Imprimer

La rue Jean-Baptiste-Gélineault à Yamachiche

Lorsque je vais à Yamachiche j’emprunte toujours la rue Jean-Baptiste-Gélineault, il n’y a aucun doute que la commune a nommé cette rue en l’honneur de Jean-Baptiste Gélinas dit Bellemare, l’un des trois fils de Jean Jélineau et Françoise de Charmenil, et défricheur de la paroisse d'Yamachiche avec ses frères Étienne et Pierre.

Mais pourquoi avoir modifié l’orthographe de son nom ? De tous les actes lus concernant cet ancêtre aucun d’eux ne mentionnent son nom avec un LT final. La rue aurait pu s’appeler Gélinas ou Bellemare, comme les diverses orthographes de son nom à son mariage et à son décès.

(Sources : actes mariage et de sépulture - Yamachiche)

Son père Jean est arrivé de France avec le nom de Jélineau, puis le nom s'est vite transformé en Gélinas et Gélineau.

J’ai fait quelques recherches ailleurs que dans les actes, la commission de toponymie du Québec ne donne aucune information concernant l’historique du nom, d’ailleurs il n’y a qu’à Yamachiche que ce nom soit ainsi écrit.

Finalement je trouve sur le site internet de la ville d’Yamachiche l’historique des noms de rue incluant celle de Jean-Baptiste-Gélineault et voici ce qu’y est dit :

" Le 7 août 1978 le conseil municipal donnait le nom de Jean-Baptiste Gélineau à la nouvelle rue joignant la rue Gérin-Lajoie à la rue Sainte-Anne:

... "Étant donné que Jean-Baptiste Gélineau dit Bellemare ( 1671-1746 ), fils de Jean Gélineau et petit-fils de Étienne Gélineau est l'un des trois premiers colons défricheurs d'Yamachiche et qu'il est l'ancêtre de tous les Bellemare qui se sont propagés à Yamachiche; et, de là, l'ancêtre de tous les Bellemare du Continent américain"...

La résolution de 1978 écrit bien Jean-Baptiste Gélineau alors que par le plus curieux des hasards, ce qui se produit fréquemment dans les petites communautés, l'appellation retenue sera Jean-Baptiste Gélineault avec un LT à la toute fin.

Qui dit vrai ? L'appellation Gélineau aurait tout aussi bien pu s'écrire Gélinas ou, selon les différentes façons d'écrire ce patronyme, Gélineault, Gellyneau ou même Jullineau.

Allons y donc pour Gélineault puisque c'est ainsi que tout le monde l'écrit de nos jours."

Je n’ai pas souvenir d’avoir vu des personnes porter le nom avec un LT final, comment vérifier ? Ah oui, l’annuaire en ligne Canada411 va me le dire, il y a :

11 Gélineault

15 Géllineault

4 Gellineau

425 Gélineau

4852 Gélinas / Gellinas

2421 Bellemare

Voilà bien une curieuse méthode d’écrire un nom de rue parce que"...c'est ainsi que tout le monde l'écrit de nos jours."., l'annuaire prouve le contraire

Comment rétablir le vrai nom sachant que les rues Gélinas et Bellemare existent déjà et à peine plus loin que deux cent mètres de celle de Jean-Baptiste ?

 

  Et vous, avez-vous rencontré des noms de rues mal orthographiées ?

 

Mariage non célébré puis remis à plus tard

Imprimer

La plupart du temps, les actes de mariage étaient écrits d'avance, mais parfois il fallait revenir en arrière pour apporter des corrections ou une annulation de mariage, mais quand venait le temps de les annuler les actes étaient tout simplement rayés. Là pas question de le rayer puisque la raison a été donnée.


(registre de Notre-Dame-de-Québec)

«Le quatorze fevrier mil sept cent cinquante sept après la publication de
trois bans de mariage faite aux prônes de nos messes paroissiales les
trois dimanches précédens entre Joseph Dussault veuf de Marie Anne
Gervais fils de feu françois Dusault et de deffunte Marie Anne
Parise ses pere et mere de cette paroisse d'une part et Marie Anne
Beaulieu fille de Louis Beaulieu et de Jeanne La Breque ses pere et
mere aussi de cette paroisse d'autre part, ne s'etant decouvert aucun
empêchement au dit mariage nous curé de quebec soussigné avons reçu
leur mutuel consentement et leur avons donné la bénédiction nuptiale
suivant la formule prescrite par notre mère la ste Eglise et en
présence de
».

À la suite de cet acte, on peut lire l'annotation suivante donnant la raison de la non célébration du mariage :

 

(registre de Notre-Dame-de-Québec)

«Le mariage ci dessus n'a point été celébré, les parties qui devaient le contracter, ne s'étant point présentées.
R
».

 Finalement le mariage eu lieu le 18 avril de la même année !

(registre de Notre-Dame-de-Québec)

« Le dix huit avril mil sept cent cinquante sept apres la
publication de trois bans de mariage faite aux prônes de
nos messe paroissiales entre Joseph Dusault veuf de Marie
Anne gervais fils de feu François Dusault et deffunte
marie Anne Paris ses pere et mere de cette paroisse d'une
part et Marie Anne Beaulieu fille de louis Beaulieu et de
Jeanne Labreque ses pere et mere aussi de cette paroisse...»

Le second acte ne fait aucunement mention du premier comme quoi il ne s'était rien passé. Y-avait-il trop de neige ? pourtant les rues étaient praticables à Québec même pendant cette période, on est loin de la campagne. Les futurs voulaient du temps pour réfléchir ? La dot de la marié non fixée ? Le contrat de mariage chez le notaire n'était pas entériné ?

 

  Et vous, avez-vous rencontrer des remises de mariage dont vous connaissez la raison ?

 

Quelle rapidité !

Imprimer

Dans les registres des décès d'Auray (Morbihan, France)

L'an mil huit cent quarante, le vingt quatre août, à huit heures du matin, par devant nous, ... est décédé en sa demeure rue d'Auray, ce jour à huit heures moins un quart du matin.

Quelle est donc la motivation des déclarants d'aller aussi vite à la mairie pour annoncer la mort de quelqu'un ? Un héritage trop pesant ? Un parent gênant ? Les comparants étaient-ils pressés de se rendre au travail ?

 

  Et vous, avez-vous découvert la motivation d'une déclaration aussi rapide ?

 

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en août ?

Ce sont les vacances !

GeneaBloggers

 Ce site est référencé par Thomas McEntee