Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

À la mémoire du soldat Alexander Johnston

Imprimer

À la mémoire du soldat Alexander Johnston

décédé le 29 septembre 1918

 

Alexander Johnston - Hamilton, Ontario

Service militaire 1  :

Numéro matricule : 3106416
Âge : 33
Force : Armée
Unité : Canadian Infantry (Manitoba Regiment)
Division : 78th Bn.

Alexander Johston est le fils de William Boyd Johnston et Margaret (Maggie) Malcolm Johnston, il est né le 20 août 1885 à Coatridge, comté de Lanarkshire en Écosse. William et Margaret avait l'intention d'avoir une famille biblique 2, c'est à dire d'avoir onze enfants et ils les ont eus. Margaret est décédée le 3 Octobre 1894 à l'âge de 43 ans 3  quelques jours après la naissance de David.
Margaret a eu l'idée de créer un livre de famille qu'elle appela la bible familiale lors de son mariage le 27 novembre 1868 (Kilsyth, Stirlingshire, Écosse), elle y mit tous les actes des naissances et aussi des décès de ses enfants qui mourus jeunes. C'est Jessie, la fille de William et de Maggie, qui s'en occupa après la mort de sa mère 2.
Coatbride est une ville industrielle à l'est de Glasgow qui a connu un essor fulgurant grâce à l'industrie du charbon et du fer, mais aussi sa population s'est vue croître de 600% en un temps record. Les îlots d'habitations minuscules poussant ça et là mais de manière ordonnée et en rangées comme sait le faire l'empire britannique.
Seulement voilà, William, père d'Alexander n'est pas un ouvrier de l'industrie de son temps, il est menuisier, il a toute une famille à nourrir, il a besoin d'espace !
Robert, un des fils de William, quitte l'Écosse en 1911 4 pour le Canada et s’établit à Hamilton en Ontario jouant le rôle d'éclaireur pour le reste de la famille. Il s'y plaît et une partie de la famille suivra l'année suivant en 1912. Willam, Jessie, Alexander et George quitteront Glasgow avec le bateau RMS Hesperian 5 de la compagnie Allan Line et arrivent à Québec le 29 juillet 1912.
 

(Carte postale du RMS Hesperian 1910)
 
Extrait de la liste des passagers arrivés à Québec le 29 juillet 1912 par l'Hesperian
 (Ancestry.ca Source 5)
 
12 013864  Johnston 76675 Wm B   65                       Joiner
13                                     Jessie                              Housekeeper
14                                     Alex     26                         Boilermaker
15                                     George 23  Hamilton  Ont   Machinist
 
La famille rejoint Roger et fait construire une maison dans la rue Mc Anulty à Hamilton (Ontario), au numéro 142. C'est proche de la gare centrale des trains de marchandises et du lac Ontario, mais loin du centre ville. Les terrains ne sont pas chers et le coût des maisons au centre ville est trop élevé pour la famille fraîchement arrivée. Leurs voisins seront d'autres Johnson, des Little, Woodland, Barlow, Caudden, Simpson, Taylor, Corrigan, soient d'autres écossais, anglais et irlandais 4.
 
Recensement canadien 1921 - Hamilton, Ontario
 (Ancestry.ca Source 4)
 
 Dewling # House # Name  TownshipCityOwn/Rent Rel to Head
 Sex
 Situation
 Age
 Birth Place
 Year Imm
75964Johnston William B 142 McAnulty  
Ham 
O HeadMM75Scot1912
8 "
"            Jessie
"" - DaughterFS40Scot1912
9 "
"            George
"" - SonMS32Scot1912
10 "
"            Robert"" - HeadMM30Scot1911
11 "
"            Jennie
"" - WifeFM29Scot1913
12 "
"            William B"" - SonMS1O-
13 "
Cook John"" - BoarderMS24Scot1920


L'année 1914 est frappée par l'entrée en guerre des pays européens, le Canada soutient le dominion anglais, d'ailleurs certains canadiens iront se battre sous la bannière de l'Union Jack. Seulement voilà, la guerre n'en finit plus, le Canada instaure la conscription en 1917 car le nombre de soldats volontaires ne fournit pas assez les rangs des premières lignes. La majorité des militaires de la conscription étaient en faveur du Premier ministre de l'époque Robert Laird Borden, c'est-à-dire les anglophones y compris les immigrés.
 
Alexander fait parti de la conscription, il n'est pas marié et n'a pas d'enfant. Sa fiche médicale d'incorporation est établie le 6 décembre 1917, de là on apprend que de son métier de chaudronnier (boilermaker) à son arrivée à Québec il est devenu homme à tout faire (handyman) ; il fait 5 pieds 9 pouces (1,67 m), tour de poitrine de 37 pouces (93 cm), le teint pâle, cheveux et yeux bruns, vacciné étant enfant (une trace au bras gauche), acuité visuelle 30 à droite et 20 à gauche, il entend normalement.
Il est appelé sous les drapeaux le 5 janvier 1918 et fera son incorporation à Hamilton.
 
(Bibliothèque et Archives Canada - Source 6)
 
Il prendra le matricule 3106416 et sera versé au 1er dépôt 2nd bataillon des Forces Expéditionnaires Canadiennes, il signe son testament (Wills) reconnaissant être celui-ci comme étant le dernier annulant tout précédant s'il y a lieu. Il nomme son père William comme étant bénéficiaire de tous ses biens.
 
(Bibliothèque et Archives Canada - Source 6)

 
À partir de ce moment tout s’enchaine rapidement, il quitte le Canada à Halifax (Nouvelle-Écosse) sur le S.S. Scandinavian le premier février 1918 et arrive à Liverpool en Angleterre le 16 février 1918 avec le 2nd bataillon.
 
 
 (Le S.S. Scandinavian - Canada's Naval History)
 
Le 26 février il est versé dans le 26ème régiment de réserve à Sandling suivre sa préparation militaire pendant quelques semaines avant d'être versé temporairement au 54ème bataillon à Witley. Les militaires canadiens se plaignent de la qualité et de la quantité de la nourriture qui leur est fournie, ils ne sont pas habitués à ces maigres rations pourtant le Canada connaît aussi la disette depuis le milieu de la guerre. La présence de cantines payantes permet aux soldats de suppléer à leurs rations.
 
 
(Camp d'entrainement et cantine de Witley - Sud Angleterre - Source 7)
 
Le 19 août il incorpore le 54ème bataillon (54th Bn Kootenay - Battalian Infantery - 4th Canadian Division 8) et est envoyé au front la première fois. Il porte de le grade de soldat (Private - Pte).
Le 21 août il incorpore le 78ème bataillon (78th Bn Winnipeg Grenadier - Battalian Infantery - 4th Canadian Division 8).
 
Parcours militaire d'Alexander
 
 
(Bibliothèque et Archives Canada - Source 6)
 
 
Pendant la bataille du Canal-du-Nord, qui a eu lieu au cours des 100 derniers jours de la Première Guerre mondiale, la région de Raillencourt-Sailly a été prise parla 4e Division canadienne vers la fin de Septembre et début Octobre 1918.Le 78e Bataillon a été chargé de prendre les villages de Saillyet de Raillencourt après le combat pour maitriser la ligne le long de la route de Douai-Cambrai. Après avoir traversé la route de Douai-Cambrai, le bataillon a essuyé des tirs de mitrailleuses lourdes.
Le 29 septembre il est tué sur le front pendant la bataille du Canal-du-Nord, une bataille qui a duré une centaine de jours et a finalement conduit à la fin du conflit. William Johnston père d'Alexander reçoit l'avis de décès avec la mention Killed in Action. Moins de deux mois plus tard, l'armistice est signé.
 
(Bibliothèque et Archives Canada - Source 6)

 
Sa dépouille n'a pu être trouvée au moment d'enterrer les morts de la bataille, il fut inscrit au Mémorial de Vimy.
 
(Canada, Registres des sépultures de guerre du Commonwealth pour la FEC, 1914 à 1919)
 
L'histoire d'Alexander aurait pu s'arrêter là, un oublié parmi tant d'autres, un oublié des descendants de ses frères et sœurs, on aurait dit l'oncle Alexander est mort pendant la guerre.
 
De son 78ème bataillon, il y eu 58 morts, dont 56 corps retrouvés et inhumés dans le cimetière de Sailly-lez-Cambrai. Il manque le corps d'Alexander et celui d'un autre militaire.
 
En 2008, comme cela arrive de temps en temps dans le nord de la France, les ossements d'un soldat ont été découverts dans le sol lors de la construction d'un nouveau développement de la construction à l'extérieur de la ville de Cambrai. Des insignes militaires de col du 78ème Bataillon avec la feuille d'érable étaient parmi les restes.
Alors commencèrent trois ans de travail de détective par le ministère dela Défense nationaleincluant une recherche d'archives militaire et une recherche généalogique. Des échantillons d'ADN ont été prélevés dans l'os de la mâchoire. La recherche généalogique a identifié des personnes vivantes susceptibles de croiser les analyses ADN et d'identifier alors le corps.
Une correspondance ADN mitochondrial a montré que son plus proche parent  survivant était Donald Gregory, un pilote de chasse de l'air à la retraite originaire de Hamilton (Ontario).
Donald Gregory, 78 ans, avait entendu parler d'Alexander Johnston d'une grand-tante (Jessie Johnston) qui était la sœur d'Alexander. Donald possède l'acte de naissance d'Alexander que Jessie avait conservé avec les autres documents familiaux et qui a donné le tout (la bible familiale) à la mère de Donald lorsque Jessie se sentait partir rejoindre les siens dans l'autre monde.

Donald Gregory et ses parents canadiens savaient peu de choses de la famille écossaise Johnston qu'a laissée derrière lui William quand il a immigré en Ontario en 1912.

 
La défense nationale canadienne a entrepris les démarches nécessaires pour que le corps d'Alexander reçoivent les honneurs qui lui sont dus, qu'il soit enterré parmi les militaires du 78ème bataillon, en présence de sa famille canadienne et écossaise. C'est arrivé le 25 octobre 2011 sous la pluie, à Sailly-lez-Cambrai.
 
La famille Gregory recevant le drapeau canadien (Donald Gregory et David Gregory en partant de la droite - Source 10)

L'arrière-petite-nièce du soldat Johnston, la caporale Ann Gregory, fille de Donald Gregory, est réserviste dans les Forces canadiennes et trompettiste, a joué de son instrument durant l'enterrement : «Je voulais rendre hommage au héros de ma famille en interprétant le mieux possible le "Dernier appel", a dit la caporale Ann Gregory. Il s'agit du moment le plus mémorable de ma carrière militaire et d'une expérience inoubliable pour toute ma famille.»


    
Ann Gregory jouant The Last Post - Inhumation d'Alexander Johnston le 25 octobre 2011 - Sailly-lez-Cambrai (France) - Source 10
 
Enterrement d'Alexander Johnston - Sailly-lez-Cambrai

 

 
Discours de David Sweet à la Chambre des Députés - Ottawa 26 octobre 2011

 

 
Ainsi s'achève l'écriture de la bible familiale 143 ans plus tard avec l'enterrement d'Alexander.
 
 
"May God bless his soul"
 
-------
 
Vous pouvez rendre hommage à tous les militaires et non militaires tués, blessés, à tous ceux qui ont défendu leurs droits, leurs avoirs et leur liberté comme l'a fait Alexander bien malgré lui. Jouez la musique ci-dessous et contemplez ce beau champ de coquelicots, pour se souvenir.
 
The Last Post - Archive.org
The last post at the Menin gate Ypres.
Recorded on May 11th 2008. "This daily tribute - performed by a team of local buglers - serves to honour the memory of the soldiers of the British Empire, who fought and died in the immortal Ypres Salient during the First World War."
 

Alexander Johnston parmi les siens.
 
 
Nous sommes en novembre le mois du Souvenir de l'armistice de la "der des der". J'ai écrit cet article en référence du généathème de novembre (sur le thème de la première guerre mondiale), série d'articles organisée par et pour les généablogueurs francophones. Je n'ai pas d'ancêtres ayant participé à cette guerre, soient trop vieux, soient trop jeunes, mais ayant subits comme tous les dommages, la disette et les malheurs de la guerre. J'ai choisi de parler d'un inconnu, d'un illustre inconnu, dont le destin s'est réveillé il y a deux ans et que son histoire est passée par le Canada et par la France, oh pas longtemps, mais c'était suffisant pour moi de souligner ce fait.
 

 
Sources :
1. Mémorial virtuel de guerre du Canada - Alexander Johnston
2. Article de journal - Presbyterian Soldier Laid to Rest 93 Years after Death
3. Cook Family Tree - Ancestry.ca.
4. Ancestry.ca - Recensement canadien de 1921.
5. Ancestry.ca - Canadian Passenger Lists, 1865-1935 forWm B Johnston.
6. Bibliothèque et Archives Canada - Soldats de la Première Guerre mondiale - Alexander Johnston
7. Bibliothèque et Archives Canada - Camp de Witley - Cantine de Witley
8. Liste des bataillons du 4th Canadian Division
9. Bibliothèque et Archives Canada - Liste des abréviations militaires canadiennes
10. Canada, Registres des sépultures de guerre du Commonwealth pour la FEC, 1914 à 1919 (Library and Archives Canada (LAC))
11. Webmatters - Funeral of Alexander Johnston
12. Vidéos YouTube
 
 
 
  Et vous, quel est votre personnage à qui vous dédiez ce mois du souvenir ?

 

scroll back to top

Commentaires   

 
0#Hervé01-05-2014 21:18
Citation en provenance du commentaire précédent de Gendreau-Hétu :
Je peux renchérir en résumant ma propre démarche. Un frère de ma grand-mère a été abattu au-dessus de l'Allemagne en janvier 1945. Son corps se trouverait dans un fosse commune au cimetière de Durnbach. La G / ADN apparaît de nouveau pertinente : frère de ma grand-mère maternelle, nous possédons logiquement la même signature ADN mitochondriale, laquelle a déjà été cataloguée (la matriarche est la Fille du roy Martine CROSNIER, inscrite au Projet ADN Héritage français). Il devient donc possible d'analyser les ossements de la fosse commune et d'identifier parmi ceux-ci le squelette du pilote Fernand Léo Jolicoeur. J'ai soumis le projet d'identification au Ministère de la Défense du Canada et attend maintenant une réponse. Une telle entreprise concorderait avec le 70e anniversaire, de la fin de la seconde Guerre mondiale certes, mais aussi de l'écrasement d'un équipage canadien de la RAF (28 janvier 1945) où mon parent a péri.
La méthode est en effet intéressante ! J'ai toutefois une réserve dans certains résultats d'analyses dont je vous ferai part dans ma réponse à votre autre message privé ;)
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0#Gendreau-Hétu28-04-2014 12:52
Je peux renchérir en résumant ma propre démarche. Un frère de ma grand-mère a été abattu au-dessus de l'Allemagne en janvier 1945. Son corps se trouverait dans un fosse commune au cimetière de Durnbach. La G / ADN apparaît de nouveau pertinente : frère de ma grand-mère maternelle, nous possédons logiquement la même signature ADN mitochondriale, laquelle a déjà été cataloguée (la matriarche est la Fille du roy Martine CROSNIER, inscrite au Projet ADN Héritage français). Il devient donc possible d'analyser les ossements de la fosse commune et d'identifier parmi ceux-ci le squelette du pilote Fernand Léo Jolicoeur. J'ai soumis le projet d'identification au Ministère de la Défense du Canada et attend maintenant une réponse. Une telle entreprise concorderait avec le 70e anniversaire, de la fin de la seconde Guerre mondiale certes, mais aussi de l'écrasement d'un équipage canadien de la RAF (28 janvier 1945) où mon parent a péri.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0#Hervé22-11-2013 19:27
Citation en provenance du commentaire précédent de Evelyne ACHON :
Bonjour Hervé,
Merci pour cet article ! N'oublions pas tous ces hommes et faisons en sorte que le devoir de mémoire perdure afin de leur rendre hommage, c'est le moins que nous puissions faire !
Amicalement
C'est pour cela que j'ai choisi un personnage "neutre" qui a malgré lui revécu il n'y a pas si longtemps. Ce sont les honneurs récents d'un pays dont il n'était citoyen (lui écossais vivant au Canada, mais sa famille descendante est maintenant canadienne) pas qui m'ont touchés le plus, comme quoi les racines ont peu d'importance lorsqu'on veut se rappeler de tels moments terribles.
Merci pour ton commentaire !
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0#Hervé22-11-2013 19:21
Citation en provenance du commentaire précédent de Marine POMMEREAU :
Hervé, comme toujours, super article !
Bel hommage rendu !
Merci pour tout !
Merci Marine !
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0#Marine POMMEREAU11-11-2013 10:49
Hervé, comme toujours, super article !
Bel hommage rendu !
Merci pour tout !
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0#Evelyne ACHON11-11-2013 04:48
Bonjour Hervé,
Merci pour cet article ! N'oublions pas tous ces hommes et faisons en sorte que le devoir de mémoire perdure afin de leur rendre hommage, c'est le moins que nous puissions faire !
Amicalement
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont soumis à modération avant publication. Merci de votre compréhension.


Code de sécurité
Rafraîchir

Semaine nationale de la généalogie

La Fédération québécoise des sociétés de généalogie présente la troisième édition de la Semaine nationale de la généalogie, qui se déroulera du 22 au 29 novembre prochain sous le thème «Voici ma famille!».

Toutes les information sur le site de la Semaine de la Généalogie.

Que se passe-t-il en novembre ?

Novembre est le mois des morts et du souvenir des tombés pendant les guerres.

Découvrez un jeune canadien tué au front pendant la première guerre mondiale :

À la mémoire du soldat Alexander Johnston

GeneaBloggers

 Ce site est référencé par Thomas McEntee