Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

Facebook n'est pas une idée de Mark Zuckerberg

Imprimer

Facebook n'est pas une idée de Mark Zuckerberg

 

 

Article paru dans le Western Times (Devon, Angleterre) le 30 avril 1902 :

The latest novelty for wiling the time in a country house is know as a "Face-book".
Everyone who comes to stay has to draw a face in the album, however badly,
and sign his name undernearth.  The result is very amusing, and the worst drawings
frequently cause the greatest entairtainment.

 Traduction :

La dernière nouveauté pour passer le temps dans une maison de campagne 1 est un "Livre-de-visages".
Tout le monde de passage doit dessiner un visage dans l'album, le plus mal possible, et signer son nom en dessous.
Le résultat est très amusant, et les pires dessins provoquent souvent le plus grand divertissement.

 

L'article est tiré de la colonne Woman's Chit-Chat - Over the Five o'clock Tea Table 2 (Papotage de femme pendant l'heure du goûter), précédé de celui concernant la reine et sa joie à monter les chevaux et de sa nouvelle chevelure bouclée, puis suivi d'autres articles mondains (La mode à Paris, Comment s'habiller pour une séance photo, etc).

Ce nouveau jeu de société amusant s'adresse donc aux dames et messieurs distingués de l'époque invités à une fête, un jeu à gribouiller leur visage puis de les signer dans le livre des visiteurs, permettant ainsi de les partager aux invités suivants qui sûrement apportent leurs commentaires.

Mark Zuckerberg 3 a peut-être eu connaissance de cet article lui donnant l'idée de créer un Facebook moderne car l'histoire semble se répéter !

 

I Like the Old Face-book

 

Notes :

1. Sous entendu la maison d'une famille riche ou aristocratique, ou maison secondaire pour aristocrates.

2. Le Five o'clock tea time : goûter anglais pris entre 16 heures et 17 heures, son histoire ici  (en anglais).

3. Mark Zuckerberg est le fondateur de Facebook.

 

Source : The British NEWSPAPER Archive  (requiert un abonnement).

 

  Et vous, sortez-vous votre "Face-book" lors d'une réception entre amis ?

 

Des Filles du Roy qui n'en sont pas ?

Imprimer

Des Filles du Roy qui n'en sont pas ?

 

 

 Les Filles du Roy dans le film Le poil de la bête

La partie québécoise de la généalogie de ma fille a des Filles du Roy comme ancêtres, j'en ai 27 identifiées comme étant probablement comme tel mais avant de leur attribuer ce titre je me suis mis à chercher les sources validant cet état. Un élément visuel dans leur titre me permet de voir rapidement celles dont la source est trouvée ou non.

Jeanne Magdelain (vers 1646-1716)
Fille du Roy arrive à Québec en 1669 sur le bateau Le St Jean-Baptiste avec une dot évaluée à 100 livres plus les 50 livres du Roy.

Anne Lagou (vers 1652-1728)
Fille du Roy arrivée avec le contingent de 1670, le bateau fut La Nouvelle-France et apporte des biens évalués à 200 livres plus les 50 livres du Roy.

 

Si parmi les 27 il y a une bonne vingtaine de filles dont la source est connue mentionnant le titre ou le nom du bateau avec sa dot, j'en ai quelques unes dont je n'ai pas fini d'étayer les recherches mais il y en a trois dans ma généalogie qui sont un mystère ou qui ne peuvent pas l'être logiquement :

Par exemple il y a le cas de Jeanne Dodier (ancêtre à la génération 12), née vers 1640, que, dans mes notes, j'avais mis qu'elle était Fille du Roy parce que répertoriée dans le PRDH et aussi dans le livre dédié à ces filles édité par La Société d'histoire des Filles du Roy (SHFR) (page 21, numéro 261) .

Or Jeanne Dodier était une engagée de Pierre Boucher, seigneur de Trois-Rivières ; elle fut marraine de Pierre Estienne le 15 août 1663 à Trois-Rivières. Le premier contingent des Filles du Roy est arrivé en septembre 1663. Pour moi la présence de Jeanne Dodier avant cette date fait qu'elle ne pût être une Fille du Roy.

 

(Copie du registre de Trois-Rivières, 1663)

 

Marguerite Buleter (Bulté) (génération 11) est un cas mystérieux, elle est arrivée en Nouvelle-France vers 1670 avec son père et sa belle-Mère Jeanne Charron. Le résumé de mes notes donnent :

BULTE dit PICARD, Pierre (...) du bourg d'Auchy-au-Bois, arr. Bethume ou Auchy-les-Hesdins, arr. Arras ou Auchy-les-Mines, aRr. Bethume, ev Boulogne, Picardie (Pas de Calais); 60 ans au recens. 81, à Neuville ; habitante de Gaudarville ou de Champigny ; à L'Ancienne-Lorette en 1670.
PEPIN, Louise (n'est pas venue au Canada).
Enfant : Marguerite (vers 1647) mariée à Jean Robitaille.
CHARRON, Jeanne (...) de Picardie ; 50 ans au recens. 81, à Neuville ; citée le 12-10-1689 Hôtel-Dieu de Québec, 65 ans, 81 ans le  18 août 1696.
Enfants : Anne (1659) m Guerganivet ; et Peyronne (1664) m Pierre Fauteux.

Le PRDH et le livre de la SHFR (page 15, numéro 109) la citent comme Fille du Roy, mais de mon point vue il est fort peu probable qu'elle le fût : elle serait la seule Fille du Roy venue avec ses parents et elle n'a pas de dot connue.

 

Le cas de Renée Rivière et de sa fille Andrée Remondière me semble douteux (générations 11 et 12). Renée Rivière était mariée à Jacques Remondière dont le mariage est estimé à 1650 à La Rochelle (ou dans la région). Renée est arrivée en tant que fille du Roy et veuve de Jacques, elle eu sa dot. Elle se remarie avec Mathurin Croiset en 1666 à l'Ile-d-'Orléans.

Sa fille Andrée est aussi considérée comme fille du Roy par le PRDH et le livre de la SHFR la cite en page 34 numéro 652. Je ne lui trouve aucune dot par mariage ni par aucun acte notarié. Il serait étonnant que le Roy attribua deux dots, une pour la mère et une pour la fille.


 

J'ai écrit cet article il y a plus d'un an juste avant le 350e anniversaire de l'arrivée des Filles du Roy à Québec dont les célébrations se sont tenues tout l'été. Je m'étais dit d'étudier les 27 cas que j'avais dans ma généalogie en mémoire pour elles or j'avais ces 3 cas litigieux. J'avais donc laissé l'article en état de brouillon m'étant dit que mes recherches n'étaient sans doute pas suffisantes pour pouvoir confirmer mes affirmations, si la SHFR et le PRDH ont cité ces filles comme étant des Filles du Roy, c'est qu'ils doivent avoir de bonnes raisons, du moins avoir des sources suffisantes pour les inclure dans la longue liste. Mais voila que le dernier Mémoires de la Société généalogique canadienne-française (volume 65, numéro 3, cahier 281, automne 2014) vient de publier un article sur le même sujet Des Filles du roi qui n'en sont probablement pas ? Les généalogistes Yves Landry et Marcel Fournier viennent d'ajouter 3 filles, d'en retirer 18 et 13 cas sont douteux.

De cet article, Jeanne Dodier et Andrée Remondière ont été retirées, Marguerite Bulté est un cas douteux. Les raisons évoquées sont les mêmes que celles que j'avais identifiées.

Le livret sur les Filles du Roy est un outil remarquable mais il ne manque qu'une chose : aucune source n'est donnée* !

 

* La bibliographie ne fait pas référence de sources pour chaque fille.

  Et vous, avez-vous des doutes sur l'histoire qui a été faite sur vos ancêtres ?

 

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en août ?

Ce sont les vacances !

GeneaBloggers

 Ce site est référencé par Thomas McEntee