Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

Où sont passés André Desbarras et ses filles ?

Imprimer

Où sont passés André Desbarras et ses filles ?

 

Des familles, des aventuriers, des inconnus, des soldats, des filles du Roy ou encore des engagés qui ont traversé l'Atlantique pour se faire une autre vie en Nouvelle-France dès le XVIIe siècle et plus tard. Certains bons engagés sont devenus seigneurs, d'autres se sont fait passer seigneurs en France pour avoir un régime particulier en Nouvelle-France, et ça a marché.

Il arrive que certains ne font que la navette entre la France et la Nouvelle-France, commerce oblige, puis décident de s'installer par amour, pour une belle et jeune fille, celle-ci fille d'aventurier ayant fait ses preuves en territoire hostile.

Marie Louise Aimée Delouche est née le 10 novembre 1698 à Québec fille de Pierre Lefebvre 1, interprète pour le roi en langue abénaquise 2, lui-même né le 14 mars 1672 à Sillery (Québec) et de Marie savard.

Marie Savard est décédée en 1703 à l'accouchement de Geneviève 1, laissant Pierre Lefebvre avec Marie Louise âgée de 5 ans seulement, il n'avait pas d'autre choix que de se remarier, chose faite le 15 septembre 1704 avec Françoise Boissel 1. La vie de couple fut de courte durée encore une fois, Françoise Boissel décéda en 1712 avec quatre autres enfants. Pierre se maria une troisième fois avec Catherine Rivard 1 18 ans plus jeune que lui le 29 avril 1715 à Québec mais la malchance a voulu qu'elle aussi décède l'année suivante le 17 octobre et sans lui donner d'enfants 1.

Pierre n'a eu que 6 enfants, dont trois morts en bas âge, les plus chanceuses des enfants furent Marie Louise et Marie Françoise qui survécurent et purent rencontrer leur homme de leur vie vie. Marie Françoise maria Antoine Lemaitre dit Lamorille le 2 mai 1724 à Québec 1.

Pierre Delouche, navigateur expérimenté et capitaine de bateau, est né le 14 janvier 1694 à Saint-Pierre-d'Oléron 3. Son métier lui fait faire traverser l'Atlantique pour le transport de marchandises entre Bordeaux ou La Rochelle et Québec, mais aussi les Antilles pour approvisionner le roi en rhum et en sucre. Les traversées de l'Atlantique connues de lui sont 4 :

1726 - Pierre quitte Bordeaux à bord du navire Le Vaudreuil en tant que capitaine, propriétaire Lefebvre.

1728 - Pierre quitte Bordeaux pour Québec à bord du navire La Louise en tant que maître, propriétaire Élisabeth Lambert.

1729 - Pierre quitte Bordeaux à bord du navire La Louise en tant que capitane, propriétaire Élisabeth Lambert. Retour le 13 octobre.

18 novembre 1730 - Pierre quitte Québec à bord du navire Le Beauharnais en tant que capitaine en direction de La Rochelle.

17 juin 1732 - Pierre est capitaine à bord du navire Le Saint-Charles, armateur Joseph Saige de Bordeaux, en direction de Québec, retour à Bordeaux le 27 mai 1733.

1733  - Pierre est capitaine à bord du navire Le Saint-François, quitte Québec en direction de La Rochelle.

1734 - Pierre quitte Bordeaux le 5 juillet à bord du navire le Saint-François en direction de Québec, puis les Antilles.

Mais Pierre est arrivé à Québec bien plus tôt lors d'une autre traversée car il fit la rencontre de Marie Louise Lefebvre, l'histoire ne dit pas combien de temps il se sont côtoyés, mais leur contrat de mariage fut inscrit chez le notaire Jean-Claude Louet, notaire royal en la Prévôté de Québec, le 10 octobre 1719 5, le mariage religieux fut célébré le lendemain en l'Église Notre-Dame de Québec. Les deux jeunes époux, lui 25 ans et elle 20 ans, signent. Mariage avec trois dispenses de bans, les parents de Pierre sont en France et lui est un homme de confiance, les bans sont inutiles.

De leur union naitront 6 enfants :

1. Pierre né le 10 juillet 1720 et décédé en 1756, ordonné prêtre le 21 décembre 1743 6.

2. Marie Louise née le 17 juin 1722 1

3. François né le 8 avril 1724 1, sans descendance connue au Québec et probablement décédé hors Québec, il semblerait qu'il a suivi les traces de son père : navigateur.

4. Marie Josèphe née le 8 octobre 1725, sans descendance et décédée le 31 juillet 1747 1.

5. Marie Anne née le 14 avril 1728, décédé à l'âge de 16 mois le 5 septembre 1729 1.

6. Angélique Geneviève née le 4 janvier 1740 1 et décédée vieille fille le 11 octobre 1818 à Montréal 7.

Seule Marie Louise est connue pour avoir fondé une famille en Nouvelle-France. Elle rencontra André Desbarras (Débarras) qui lui aussi s'est aventuré en Nouvelle-France avec de hautes responsabilités : il est visiteur du domaine du Roy, sa tâche lui incombe de contrôler le bon fonctionnement des magasins du roi mais aussi des bonnes mœurs des représentants du roi 8. Il est originaire de Marseille, né le 29 janvier 1726 fils de Paul et d'Anne David. André et Marie Louise se sont mariés à Québec le 13 novembre 1752 à Notre-Dame de Québec, les présents sont Louise Lefebvre sa mère, Angélique Delouche sa sœur et Pierre Delouche père est cité décédé 1.

Pierre Delouche est décédé entre le 4 janvier 1740 (n'est pas cité comme étant décédé au baptême de sa dernière fille Angélique) et le 27 décembre 1743 à un lieu inconnu, du moins pas à Québec, ni à La Rochelle ni à Bordeaux. Il se pourrait alors qu'il soit décédé en mer de raison inconnue. Si le voyage fut trop long alors il a sans doute eu une inhumation en mer.

Marie Louise et André vivent à Québec, ils auront deux filles : Marie Louise née le 3 février 1754, la marraine sera sa grand-mère Marie Louise Lefebvre et Jacques Philippe Débarras (frère d'André ? ) 1. Puis Marguerite Françoise née le 28 janvier 1755, parrain et marraine seront Marie Françoise Lefebvre et Antoine Lemaitre dit Lamorille, oncle et tante 1.

Marie Louise est servante d'église 1, sa famille pieuse lui avait inculqué les bonnes valeurs chrétiennes, un oncle religieux, une tante vieille fille et deux sœurs décédées jeunes font que la religion est très présente dans sa vie, elle sera d'ailleurs marraine a plusieurs reprises (de Claude Urbin Caillé, de Louise Hostin dit Marineau et de Jacques Lemaitre dit Lamorille son neveu) malheureusement elle est de santé fragile, elle décéda à son tour le 2 octobre 1756 1, ses filles n'ont que deux ans et un an.

André Desbarras cesse son travail deux ans plus tard en 1758 8, on le retrouve à Trois-Rivières en 1760 d'après le recensement 9, il a été donné autorisation au Sieur Debarras de s'établir dans la ville pour y faire commerce fixe. Le même recensement fait état de la présence d'André Débarras avec quatre femelles et une femelle domestique. En 1761, ses filles Marie Louise et Marguerite Françoise sont pensionnaires chez les Ursulines à Trois-Rivières 10, âgées de 7 et 8 ans.

Le recensement de 1762 et les suivants ne mentionnent plus la famille Débarras et seule Marie Louise Lefebvre veuve Delouche est présente. Elle décéda le 21 avril 1781 à Montréal à l'hôpital général 7, sans proche famille. Les témoins à son inhumation sont les Sieurs Joseph Hardy père et fils, et Chantres Hardy.

Ainsi s'achève l'histoire de la famille Delouche-Lefebvre au Québec, leurs descendants par André Débarras n'y ont laissé aucune trace depuis 1761. Est-ce qu'André Desbarras est retourné en France avec ses deux filles connues ? Après des mois de recherche sur l'Ile-d'Oléron, région d'origine de sa belle famille Delouche, et de la région de Marseille, son pays natal, je ne trouve aucune mention de ces personnes. Sont-ils partis dans un autre pays ? Il faut se rappeler que le conflit entre l'Angleterre et la France avait déjà commencé en 1759 avec la guerre de Conquête et le traité de Paris (1763) annexait les provinces du Canada, d'Acadie et de Louisiane à la Couronne Britannique, on peut alors supposer que cela allait contre les idées d'André Débarras qui fut au service du roi de France.

Sources :

1. Registre paroissial de Notre-dame de Québec.

2. Aveu et dénombrement - BAnQ et Archives Canada-France.

3. Registre paroissial de Saint-Pierre-d'Oléron.

4. Navires Nouvelle-France.

5. Contrat notarial - BAnQ.

6. Livre Mélanges historiques : études éparses et inédites de Benjamin Sulte (Volume 6) - Archives.org page 92.

7. Registre de l'Hôpital général de Montréal.

8. A.N.O.M. (Plug-in Java obligatoire).

9. Recensement de Trois-Rivières page 6 et 8.

10. Pensionnat des Ursulines de Trois-Rivières - Arichves.org page 206.

 

  Et vous, savez-vous où sont passés André Desbarras et ses filles Marie-Louise et Marguerite-Françoise ?

Sébastien de Rosmadec de Lachesnaye dit Courtebotte

Imprimer

Sébastien de Rosmadec de Lachesnaye dit Courtebotte

Lors des recherches des sources pour mes articles du ChallengeAZ d’avril dernier, j’ai noté et mis de côté un individu nommé Sébastien de Rosmadec de Lachesnaye dit Courtebotte ayant été cité maintes fois à la prévôté de Québec entre 1678 et 1682. Ce nom m’avait interpellé à plusieurs titres : c’est la première fois que je voyais ce nom au Québec, et dans ma généalogie bretonne j’ai cité une Marguerite de Rosmadec et un Sébastien de Rosmadec au baptême de Marguerite Quenau en note individuelle de Guy de Rosnarho, un de mes ancêtres. Le 15 février 1636, Guy de Rosnarho est à Vannes, sa signature est sur l'acte de baptême de Marguerite Quenau, fille de Jan Quenau, le parrain de l'enfant est son cousin Messire François Chohan Seigneur de Coëtcandec et la marraine Damoiselle Marguerite de Rosmadec, fille de Messire Sébastien de Rosmadec, Seigneur du Plesssis-Josso en Theix.

Revenons à Sébastien de Rosmadec de Lachesnaye dit Courtebotte, il n’est connu d’aucune autre base de données du Québec des mariages, des décès et des recensements. Il a dû être un engagé ou de passage lors d’un de ses voyages.

Les faits le concernant au Québec ne sont que judiciaires, mis à part de petits méfaits (1), il s'est fait remarquer lors d'un vol de de barres de fer venant du naufrage de La Couleuvre (2).

(1) Petits méfaits :

Cause entre Philippe Neveu, demandeur, et Jacques Bellefonds (Belfonds), défendeur, lequel est condamné à payer au demandeur neuf livres, avec dépens, sauf le recours du demandeur à l'encontre de Julien Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) de LaChenaye (LaChenaie, Lachesnaye) pour la somme de 11 livres et 2 deniers . - 12 août 1678 (Source BAnQ)

Cause entre Louis-Marin Boucher, demandeur, comparant par Jean Giton, marchand de La Rochelle, et Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq), défendeur ; il est ordonné que ledit demandeur justifiera ses demandes, et que les matelots mentionnés seront entendus (sont nommés, entre autres, David Asselin et Pierre et Jacques Lozin) . - 19 avril 1678 (Source BAnQ)

(2) Vol de barres de fer ventant d'un naufrage :



Procès à la Prévôté de Québec

Le 28 décembre 1680, Sébastien DE ROSMADECH dit LA CHENAIE COURTEBOTTES, matelot natif de Vannes, est emprisonné puis accusé de vol de barres de fer. Ce fer, qui venait du naufrage du navire La Couleuvre, appartenait à François HAZEUR, marchand de Québec, qui l'avait reçu en 1679 des mains de Jean GRIGNON, du navire L'Honoré.

Dans sa déclaration, François HAZEUR énumère les personnes visitées par son frère (Léonard HAZEUR DESAUNEAUX) qui auraient acheté des barres de fer de COURTEBOTTES :
- Nicolas GAUVREAU, arquebusier, 3 barres de fer;
- Pierre COEUR dit JOLICOEUR, serrurier, refusa une barre de fer;
- Nicolas MARION dit LAFONTAINE, marchand, 11 barres de fer;
- Claude DE XAINTES, coutelier, une barre de fer;
- Jean GAUTHIER dit LAROUCHE, taillandier, une barre de fer;
- Isaac HERVIEU, cloutier, 7 barres de fer;
- Pierre NORMAND dit LABRIÈRE, 4 barres de fer;
- Nicolas CLICHE, serrurier, refusa une barre de fer;
- Jean CHARRON dit LAFERRIÈRE, taillandier, aucune barre de fer.

Aussi, François HAZEUR s'est souvenu que la femme de DE XAINTES lui a dit qu'elle avait rencontré COURTEBOTTES lorsqu'elle monta à la messe de minuit, qui disait assez haut « Faites vite vous autres, dépêchez-vous ».

Le 4 janvier 1681, afin de les confronter à la déclaration de HAZEUR, le juge enjoint au premier huissier d'assigner devant le tribunal de la Prévôté de Québec les sieurs GAUVREAU, JOLICOEUR, CLICHE, DE XAINTES, LAROUCHE, LABRIÈRE, MARION, HERVIEU et VESSIER dit LAVERDURE. Le 11 janvier, c'est au tour du cabaretier Pierre NIEL d'être assigné.

Après avoir pris connaissance des pièces du procès (procès-verbaux, ordonnances, interrogatoires, déclaration, conclusions, information, dépositions, confrontations, etc.), le juge René-Louis CHARTIER de LOTBINIÈRE rend sa sentence le 5 février suivant. Pour avoir pris et volé du fer en nombre considérable, à plusieurs occasions, au logis du sieur DOMBOURG que tient à loyer François HAZEUR, Sébastien DE ROSMADECH dit LACHENAIE COURTEBOTTES est condamné d'être pris par l'exécuteur de la haute justice pour être battu de verges à la porte des prisons, vendredi prochain jour de marché, à neuf heures du matin, et ensuite être conduit vis-à-vis du logis de DOMBOURG [lieu du crime] et de là, à la grande place de la basse-ville pour y être pareillement battu de verges et banni pour trois ans de la ville de Québec et sa banlieue, et à 50 livres d'amande.

Pour avoir acheté le fer volé, MARION est condamné à 25 livres d'amende et les sieurs DE XAINTES, GAUVREAU, GAUTHIER, HERVIEU et NORMAND à huit livres d'amende chacun. Défense leur est faite à l'avenir de rien acheter de « vagabonds et gens sans aveu et non domiciliés » sous peine d'être poursuivis comme receleurs.

La sentence est prononcée à l'accusé, dans sa prison, qui a demandé un délai de 24 heures pour en appeler ou non.

Comme il appert que COURTEBOTTES est dans la ville de Québec, le juge ordonne son emprisonnement le 21 janvier 1682 à titre de réfractaire et rebelle aux ordres de justice. Le même jour, il est constitué prisonnier. Cependant, COURTEBOTTES est libéré cinq jours plus tard et condamné à trois livres d'amende pour avoir contrevenu à la sentence du 5 février 1681.

Rédaction : Guy Perron, paléographe

Source : Prévôté de Québec, transcription des volumes 11 (Grand criminel), 12 (registre civil) et 13 (Petit criminel), 17 décembre 1677 au 19 août 1686, Longueuil, Les Éditions historiques et généalogiques Pepin, tome VI, coll. Notre patrimoine national, 2004.

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech ou Rosmadecq) dit Lachenaye (Lachesnaye) Courtebotte (Courte-botte), accusé de vol à l'encontre de François Hazeur, marchand bourgeois de Québec ; mention du naufrage du navire «La Couleuvre» . - 30 décembre 1680 (Source BAnQ).

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Lachenaye (Lachesnaye) Courtebotte (Courte-botte), accusé de vol à l'encontre de François Hazeur, marchand bourgeois de Québec ; il est ordonné d'interroger de nouveau ledit Sébastien de Rosmadeq, prisonnier . - 31 décembre 1680 (Source BAnQ)

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Lachenaye (Lachesnaye) Courtebotte (Courte-botte), accusé de vol à l'encontre de François Hazeur, marchand bourgeois de Québec ; assignation dudit Sébastien de Rosmadeq, de Nicolas Gauvreau, et des nommés Jolicoeur, Cliche, Larouche, LaBrière, taillandier, Lafontaine, marchand, et Isaac Hervieux, Cloutier, à comparaître . - 4 janvier 1681 (Source BAnQ)

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Lachenaye (Lachesnaye) Courtebotte (Courte-botte), accusé de vol à l'encontre de François Hazeur, marchand bourgeois de Québec ; ordre de procéder au récolement des informations et dépositions . - 11 janvier 1681 (Source BAnQ)

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Lachenaye (Lachesnaye) Courtebotte (Courte-botte), accusé de vol à l'encontre de François Hazeur, marchand bourgeois de Québec ; une sentence est prononcée à l'encontre dudit Sébastien de Rosmadeq, reconnu coupable et condamné à être battu d'une verge à la porte de la prison, pour ensuite être conduit à la grande place de l'Amiot pour être battu par l'exécuteur ; l'accusé est de plus banni de la ville et banlieue pour trois ans, et condamné à l'amende . - 5 février 1681 (Source BAnQ)

Procédures criminelles contre Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech ou Rosmadecq) dit Lachenaye Courtebotte, accusé d'avoir volé du fer à François Hazeur . - 20 décembre 1680 - 5 février 1681 (Ce dossier en matières criminelles provient de la Prévôté de Québec et contient les interrogatoires ou les dépositions des personnes suivantes : Sébastien de Rosmadeq dit Lachenaye Courtebotte, 43 ans, matelot, natif de Vannes, demeurant chez Philippe Neveu, cabaretier en cette ville) (Source BAnQ)

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Courtebotte (Courte-botte), accusé d'être revenu dans le gouvernement de Québec malgré qu'il en fut précédemment banni pour vol ; ordre d'écrouer (emprisonner) ledit Sébastien de Rosmadec . - 21 janvier 1682 (Source BAnQ)

Procès de Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) dit Courtebotte (Courte-botte), accusé d'être revenu dans le gouvernement de Québec malgré qu'il en fut précédemment banni pour vol, lequel est élargi (libéré) des prisons royales et mis à l'amende . - 26 janvier 1682 (Source BAnQ)

Arrestation pour déni de justice de Sébastien Rosmadec (Rosmadeq ou Rosmadech) dit Lachesnaye Courtebotte qui avait été banni du gouvernement de Québec et qui y revint pour chercher des vivres . - 2 février 1682 (Ce dossier en matières criminelles provient de la Prévôté et Amirauté de Québec et contient le témoignage de Sébastien de Rosmadec, âgé de 45 ans, matelot, natif de Vannes, en Bretagne. Il comprend le mandement d'amenée; l'interrogatoire; une requête; un extrait des registres des prisons royaux de Québec) (Source BAnQ)

Sébastien de Rosmadec de Lachesnaye dit Courtebotte  est cité lors de ses procès comme matelot, âgé de 43 ans en 1681, 45 ans en 1682, natif de Vannes. Ces informations me poussent alors à chercher s’il est un membre de la famille de Rosmadec dont les lignées sont connues et répertoriées, une noble famille bretonne dont les états sont documentés et dont le prénom Sébastien semble apprécié de la famille.

 

Blason de Sébastion de Rosmadec

Liste des Sébastien de Rosmadec connus

  1. Sébastien Marquis de Rosmadec, Baron de Molac, de Tyvarlan, de Pontecroix, de Rostrenan, de La Hunaudaye, de Montafilant, de Penhoët, de Serent, du Mesnil-garnier, Vicomte de Trebrimel, & de Pleharel, Comte des Chapelles, Seigneur de plusieurs autres lieux, Chevalier de l'Ordre du roi, Gentilhomme de sa Chambre, Capitaine de 100 hommes d'armes, Colonel Général de l'Infanterie en Bretaigne, Gouverneur des Villes, & Château de Dinan, nommé à l'Ordre du Saint-esprit, & désigné Maréchal de France.
  2. Sébastien, Marquis de Rosmadec, II du nom, Comte des Chapelles, & de Crozon, Baron de Molac, de Tyvarlan, de Pontecroix, de Penhoët, du Juch, & de Serent, Vicomte de Beaumanoir, du Besso, &c, Chevalier, Conseiller du Roi en ses Conseils, & Gouverneur pour sa Majesté des Villes, Château, & Sénéchaussées de Quimper corentin & Dinan.
  3. Sébastien de Rosmadec, Baron de Comper a épousé cette année 1643 Dame Gillette de Boisian, Dame de Coislan, veuve du sieur de La Bouesière Hay, Conseiller au Parlement de Bretagne.
  4. Sébastien de Rosmadec, Évêque de Vannes, Conseiller du Roi en son Conseil, fort estimé & employé aux Etats de la Province, où il présida, & fut Député vers le Roi en l'an 1629, & depuis encore l'an 1640.
  5. Sébastien de Rosmadec, Seigneur du Plessis, l'Espinay, Bransquer, Kernicol, Kerlegan, Lesnevé, Praderouaix, Kerlutu, & expectant de la succession de Madame sa mère qui n'a point d'autres enfants, a épousé Julienne Bonnier, fille aînée de Messire Jean Bonnier, Conseiller du Roi, Président du Présidial, & Sénéchal de Rennes, Seigneur de Champaigné, & autres lieux, & de Dame Catherine de Channay sa femme, & ont des enfants, desquels l'aîné porte le nom de son père.
  6. Sébastien de Rosmadec, à présent dans l'Académie de Monsieur Arnolsiny 1643.

De cette liste il apparaît évident que Sébastien ne soit aucun de ces individus, mais son surnom dit Lachesnaye me donne un indice supplémentaire ainsi que son lieu de naissance Vannes. Parmi la liste des de Rosmadec connus, il y a un certain Jean dont sa femme s'appelle de la Chesnaye et un évêque de Vannes prénommé Sébastien ...

- Jean de Rosmadec, Seigneur de l'Espinaye & Kerlutu, brave Gentilhomme, a eu des emplois aux États de la Province, & commandé par 2 fois dans Josselin pendant les dernières guerres, & siège de La Rochelle, & nommé par le Roi pour commander une Compagnie de gens de pied dans le Régiment de son Cousin le Marquis de Rosmadec Baron de Molac. Il avait épousé Julienne de La Chesnaye, Dame d'Estimbrieuc, fille & héritière de Charles, & de Jeanne de Quelen de la maison de Broutay. Il mourut sans enfants à Dinan, pendant la tenue des États de Bretagne en décembre 1634, & fut enterré solennellement aux Cordeliers de Dinan.

- Sébastien de Rosmadec, frère de Jean, Évêque de Vannes, Conseiller du Roi en son Conseil, fort estimé & employé aux États de la Province, où il présida, & fut Député vers le Roi en l'an 1629, & depuis encore l'an 1640.

Et si par hasard le couple Jean et Julienne avait eu réellement un enfant prénommé Sébastien, fils de Jean de Rosmadec et de Julienne de la Chesnay. Sébastien est aussi nommé Julien le "12 août 1678 Julien Rosmadeq de LaChenaye". Mais sa naissance calculée est entre 1637 et 1638, soit 4 ans après le décès de Jean de Rosmadec, ce qui rendrait improbable qu'il soit fils de ce couple. Sébastien, frère de Jean et évêque de Vannes, a été parrain de toutes les nièces de la famille. Et si par hasard il avait été parrain du Sébastien que je cherche, après tout ils ont le même prénom !

Ce curieux personnage, tout étant matelot, sait signer et parapher les pages des actes du procureur Chartier de Lotbinière, c'est assez étonnant pour l'époque, de plus sa signature ressemble à celles des de Rosmadec signant les différents actes.

Signature de Sébastien de Rosmadec - Québec 2 février 1682

Je n'ai pas trouvé Sébastien dans les registres de Vannes, ni dans les alentours, quelques membres connus de la famille de Rosmadec y sont bien. Il n'apparait pas non plus dans le recensement du Québec de 1681 alors qu'il est pensionnaire chez Philippe Neveu. Qui est donc Sébastien de Rosmadec de Lachesnay dit Courtebotte ? un imposteur ou réellement un enfant de la famille de Rosmadec ? Je n'ai pas le choix que d'aller aux archives pour trouver d'autres indices sur lui, s'il a été engagé il doit y avoir un contrat en son nom.

Édition du 4 janvier 2014.

D'autres documents sont enregistrés à la cours de la prévôté et chez les notaires :

À la prévôté :

- Saisie de biens appartenant à Julien Razemadet (Rosmadeq, Rosmadech, Rosmadecq) dit La Chesnaye (Lachenaye ou Lachenets), domicilié chez Jean Soulard, à la requête de Pierre Nolan, bourgeois de Québec . - 11 août 1671 (Source BAnQ)

- Cause entre Louis-Marin Boucher, demandeur, comparant par Jean Giton, marchand de La Rochelle, et Sébastien de Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq), défendeur ; il est ordonné que ledit demandeur justifiera ses demandes, et que les matelots mentionnés seront entendus (sont nommés, entre autres, David Asselin et Pierre et Jacques Lozin) . - 19 avril 1678 (Source BAnQ)

- Cause entre Philippe Neveu, demandeur, et Jacques Bellefonds (Belfonds), défendeur, lequel est condamné à payer au demandeur neuf livres, avec dépens, sauf le recours du demandeur à l'encontre de Julien Rosmadeq (Rosmadec, Rosmadech, Rosmadecq) de LaChenaye (LaChenaie, Lachesnaye) pour la somme de 11 livres et 2 deniers . - 12 août 1678 (Source BAnQ)

Contrats passés chez les notaires :

- 06-12-1672 (1665-1682) [Notaire Becquet, R.] (Qc)
Marché d'abattage de bois entre Julien-Sébastien de Rosmadeq dit Lachenets, de la ville de Québecq et Nicolas Follin, marchand bourgeois de la ville de Paris.

- 30-11-1675 (1665-1682) [Notaire Becquet, R.] (Qc)
Engagement de René Blanchard, de la ville de Quebecq, à Denis Leclerc de Lainville et Sébastien de Rosmadec-Lachenaye, de la ville de Quebecq.

-  17-07-1687 (1666-1691) [Notaire Rageot, G.] (Qc)
Engagement et marché en qualité de maître de chaloupe entre Mathurin Arnault, faiseur de chaux et habitant, de la côte et seigneurie de Lauson, et Sébastien de Rosmadech dit Lachenaye, maître de barque, de la ville de Québec.

- 22-09-1689 (1682-1709) [Notaire Genaple de Bellefonds, F.] (Qc)
Société entre Sébastien Rosmadek et Pierre Christophle, de la ville de Québec.

- 13-05-1690 (1682-1709) [Notaire Genaple de Bellefonds, F.] (Qc)
Engagement en qualité de pêcheur de Jean Debray, Sébastien Rosmadek, Robert Reaume, Jacques Desardilliers, Jean Bergevin et Jean-Baptiste Roger, à Charles Damour de Louvier, écuyer.


Sébastien de Rosmadec est aussi connu sous le nom de Julien, il a été maître de barque de la ville de Québec en 1671, a été locataire au moins deux fois (chez Jean Soulard et Philippe Neveu), a eu plusieurs démêlés avec la justice et condamné plusieurs fois, il a également été banni de la ville de Québec. Il est dit de Lachesnaye depuis le début des documents retrouvés (1671) mais son surnom Courtebotte arrive plus tard vers 1680.

Il n'existe aucune mention de Sébastien dans aucun acte des baptêmes, mariages et décès de la ville de Québec entre 1671 et 1690, années connues de sa présence à Québec. Il n'existe aucune mention de Julien-Sébastien dans les premiers recensements du Québec, c'est à dire 1665, 1666 et 1681.

Un bien curieux personnage !

  Et vous, avez-vous des énigmes de ce genre ?

 

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en avril ?

Avril est le mois du poisson, alors ne vous faites pas avoir... Mais d'où vient cette histoire ?

Avril est aussi le mois des ancêtres...

GeneaBloggers

Ce blog est référencé dans