Hier c'est de l'histoire
Demain est un mystère
Aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle Présent

Jdan Noritiov

 

Bilan de : Bloguez votre généalogie de A à Z

Imprimer

Erik Satie, Titre : 03 Gymnopédies Pour Piano No 3, Lent et Grave
Interprète : Aldo Ciccolini

 

Le Challenge est fini depuis 3 jours, il fallait laissé retombé la poussière et être moins euphorique pour faire un bilan qui aurait faussé mon point de vue. Certains blogueurs ont déjà fait le leur, dont Sophie qui a donné les résultats de son sondage envoyé aux blogueurs* sur son site La GAZETTE des ANCÊTRES.

 

De la visibilité :

Lorsque Sophie a proposé de bloguer notre généalogie c'était l'occasion d'avoir de la visibilité pour mon blog que je venais d'ouvrir récemment en octobre 2012. Je savais que le taux de fréquentation n'allait pas grimper du jour au lendemain et le Challenge est arrivé à point nommé. Rien de pire pour un blogueur que de ne pas être lu.

À la lecture des chiffres de statistiques relevés à partir de AWStats de mon gestionnaire de site, j'avais décollé en février avant le Challenge, mon inscription sur Twitter m'a aidé à publiciser mes articles au même moment. Les courbes ci-dessous montrent l'évolution des visites depuis octobre 2012, les moteurs de recherche sont inclus dans les décomptes, ils représentent entre 2% et 5%. Le mois d'avril fait doubler l'audience, la tendance aurait été de 30% de plus sans le challenge, celui-ci a donc contribué à la popularité.

 

Le sujet:

Le sujet n'était pas en soi difficile, prendre les lettres de l'alphabet permet de ratisser large, j'étais déjà inspiré par les dernières lettres X,Y et Z dès le début, même le K, j'aurai voulu commencer par elles mais j'aurai fait figure de mauvais garçon alors je me suis rangé comme tout le monde, ai-je inspiré Stéphane qui l'a fait ?

Tweet du 9 mars

Partant du sujet initial, je me suis imposé trois lignes de conduite :

  1. Je vais parler des ancêtres, les lieux, les événements et autres sujets de la branche maternelle québecoise de ma fille Chloé. sous entendu les ancêtres du début de la colonie de la Nouvelle-France.
  2. Relier autant que possible les 26 sujets entre eux pour augmenter la lecture des articles.
  3. Agrémenter les articles avec les sources, des anecdotes, de belles images, et pourquoi pas de la musique, la forme compte pour beaucoup.

Je pense avoir gardé le cap car la moyenne des articles lus est de 4 par visiteur* dont un qui a passé en revue tous les articles, c'est plus d'une heure de lecture !

 

Les difficultés :

La première difficulté rencontrée est le décalage horaire, cela peut paraître surprenant, mais 6 heures de décalage est important : si je poste l'article tard le matin le jour même de la lettre concernée, cela correspond à la soirée en France, donc je perds de la visibilité ! Il faut donc que mon article soit fini la veille pour que les lève-tôt le voient.

Je possède mon propre site (serveur et domaine) car je n'aime pas les sites de blog clé en main, les limites sont trop nombreuses, mais cela m'impose une gestion plus lourde, perte de temps dans la mise en page, insertions des médias, etc. Je remarque je ne suis pas seul dans ce cas.

Avoir un contenu constant malgré le rythme, ne mettre que 2 ou 3 lignes par article fait trop maigre, autant parler dans le vide, mais se limiter aussi dans la narration, ne faire ressortir que les points importants pour garder la curiosité du lecteur* et ne pas le perdre dans les méandres de ma généalogie.

 

Les facilités :

Les sources au Québec sont pas mal toutes disponibles et centralisées, il ne faut pas oublier des les mentionner.

Ma généalogie est quasi complète et bien documentée.

L'utilisation de GenoPresse pour extraire les bons ancêtres en fonction des sujets (dates, lieux et événements).



Points positifs :

On rencontre du monde ! je connaissais quelques blogs mais j'ai pu découvrir de nouveaux généalogistes, dans tous les styles et chacun à sa propre manière de voir sa généalogie. À force de lecture j'ai des préférences plus pour certains* que d'autres, on est humain après tout.
On est suivi par des professionnels*, ça c'est surprenant, tant généalogistes que journalistes, ces derniers nous ont fait une sacré publicité même si cela leur donnent des sujets tout faits ; suggestion : aurions-nous gagné un abonnement gratuit en échange de notre temps ?

Le Challenge m'a permis de conforter mon avis contradictoire sur le résultat de sondage publié par BSD quant à la non parité homme-femme des généalogistes, j'ai vu autant de blogueuses que de blogueurs, tout âge confondu, ça fait plaisir, ce n'est pas qu'un loisir de vieux hommes.

 

Points négatifs :

Il est difficile de suivre tout le monde, c'est plus de 50 blogueurs* et autant d'articles à lire tous les jours, c'est beaucoup et je suis sûr d'avoir manqué des sujets intéressants. Il faudrait trouver un système centralisé efficace. Pearltree semble adapté mais cela oblige à un ou des volontaires de s'en charger, il vaudrait mieux que chacun y mette du sien.
Presque tous les commentaires sont passés par Twitter et peu sur le site, c'est dommage, une chance qu'on peut maintenant intégrer les fils de discussion de Twitter sur n'importe quel site. J'étais très content de lire à mon réveil les commentaires déjà postés. Je note qu'il n'y a que des femmes qui m'ont commenté !
On est mentionné à droite et à gauche sans savoir par qui ni où, j'utilise un gadget dans mon gestionnaire de site pour avoir en temps réel les visites, il donne aussi la provenance, sans cela je n'aurai pas vu mes articles ont été scoopés, tweetés, facebookés, googlés, etc. Je suppose qu'il y a beaucoup de blogueurs* qui ne sont pas au courant de l'activité qui se passe autour de leurs articles !

 

Conclusion :

Si c'est à refaire ? certainement, suivant ma disponibilité.

Je me surprends à écrire ici comme je l'ai fait dans le Challenge ...

Merci Sophie !

N.D.L.A : * Le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d'alléger le texte.

  Et vous, avez-vous fait un bilan ?

 

 

Zacharie Cloutier, maître charpentier

Imprimer

Zacharie Cloutier, maître charpentier

''Clouer pour édifier''

Emblème des Cloutier

Zacharie Cloutier est connu de tous les généalogistes québecois parce qu'il est pratiquement un ancêtre commun de tous les québécois comme Abraham martin dit l'Écossais, mais aussi de nombreux américains dont la réputation n'est plus à faire.

Il est 1 fois ancêtre à la génération 13, 8 fois ancêtre à la génération 14 et 4 fois à la génération 15 de ma fille Chloé, ce qui donne un autre arbre assez touffu !

- Il est né vers 1590 à Mortagne-au-Perche (Orne, France).

- Marié à Xainte Dupont le 18 juillet 1616 à Mortagne-au-Perche

- Inhumé le 17 septembre 1677 à Château-Richer (Canada).

Avec son épouse, il a 6 enfants dont :

- Zacharie, né le 16 août 1617 à Mortagne-au-Perche

- Jean  né le 13 mai 1620 à Mortagne-au-Perche

- Anne née le 10 avril 1635 19 janvier 1626 à Mortagne-au-Perche

- Charles (SOSA 7831, 7975 & 7841), née le 3 mai 1629 à Mortagne-au-Perche

- Marie-Louise née le 18 mars 1632 à Mortagne-au-Perche

- Xainte née le 1 novembre 1622 et décédée le 19 septembre 1632 à Mortagne-au-Perche

Son histoire

Il est étroitement associé à un des premiers mouvements d'émigration française en Nouvelle-France et a, de ce fait, contribué largement au peuplement du Canada-français. Il est un des fondateurs de l'ancienne ville de Beauport, maintenant fusionnée à la ville de Québec.

Il part pour la Nouvelle-france le 14 mars 1634 depuis Dieppe avec sa femme Xainte et ses 5 enfants. On lui accorde 1,000 arpents (341.9 ha) de terre à Beauport en échange pour trois années de service.

En janvier 1634, la Compagnie des Cent-Associés, en réparation des biens qu'il a perdus en 1628, concède à Robert Giffard la seigneurie de Beauport. Premier seigneur colonisateur de la Nouvelle-France, il recrute des colons dans les environs de Tourouvre, fort du soutien de Pierre Le Bouyer de Saint-Gervais, lieutenant général civil et criminel du Perche. Courant mars : départ de Jean Guyon, de sa femme, de ses enfants et d’une trentaine de colons pour la Nouvelle-France. Début juin, le navire atteint Québec. L'année suivante, à la mort de Samuel de Champlain, la colonie compte 132 colons dont 35 viennent du Perche, attirés par Giffard. La première colonisation organisée de la Nouvelle-France est commencée. Pendant neuf ans, Zacharie Cloutier et Jean Guyon se disputent la seigneurie de Giffard au droit de foi et hommage. Zacharie a la réputation d'avoir un caractère bouillant, aujourd'hui encore, l'expression têtu comme un Cloutier fait partie du langage populaire québécois.

Zacharie est maître charpentier, il a participé à la construction de Beauport et prête main forte à la maçonnerie des maisons.

Zacharie Cloutier père est témoin au contrat de mariage de Robert Drouin et d'Anne Cloutier sa fille le 27 juillet 1636 à Beauport, c'est depuis ce document qu'on trouve sa marque de charpentier, ne sachant signer, il dessine tout simplement une hache.

Il a eu un procès avec son suzerain Robert Giffart, seigneur de Beauport en 1646.

Zacharie Cloutier père est présent au mariage d'Olivier le Tardif et de Barbe Émard le 21 mai 1648 à Saint-Barthélémi de La Rochelle.

En 1652, Cloutier reçut une seigneurie du gouverneur Jean de Lauzon à Château-Richer.

Au recensement de 1666, on trouve la famille Cloutier à Beaupré comme suivant :

Zacharie Cloutier, 48, charpentier, habitant; Magdelaine Aymard, 38, sa femme ; Barbe, 16 ; Xainte, 13 ; René, 15 ; Geneviève, 11 ; Marie, 9 ; Marie, 7 ; Charles, 3.

À la mort de Zacharie Cloutier, en 1677, la colonie atteint 9 000 habitants.

Cette vieille demeure paysanne est certainement un des plus beaux spécimens de maison canadienne que l'on puisse voir dans la région de Québec. Elle se dresse au pied de la falaise de la Côte de Beaupré, à l'extrémité nord-est de la paroisse de Château-Richer. C'est la maison  de l'ancienne ferme dite "des Cloutier", une propriété qui entra dans cette famille en 1676, lorsque Jean Cloutier III l'acheta de Nicolas Vérieul qui, lui, la tenait d'un certain Pierre Gagnon. Depuis cette date, elle fut toujours entre les mains de Cloutier successifs, qui se la passaient de père en fils. Cela dura 289 ans!

Mais en 1965, Adélard Cloutier, dernier propriétaire du nom, décida de vendre le bien ancestral, n'ayant pas de successeur sur la ferme. Le nouveau propriétaire, un certain Rousseau restaura complètement la vieille demeure tricentenaire, refaisant la toiture et les fondations, de sorte que la maison pourrait bien durer encore trois siècles! Durant quelques années elle est devenue l'Auberge de la Fine Gueule, un restaurant spécialisé dans la bonne vieille cuisine canadienne. (Source : Association des Cloutier)


Zacharie Cloutier, en plus d'être ancêtre de Chloé, est aussi l'ancêtre de Madonna, de Céline Dion, de Camilla Shand, d'Angelina Joliede Jack Kerouac,et de Diane Tell.

Du Perche à Bay City  Du Perche à Repentigny  Du Perche à la Cour d'Angleterre  Du Perche à Hollywood     

  Et vous, avez-vous un ancêtre de stars ?

 

Yamachiche, le village aux milles graphies

Imprimer

Yamachiche, le village aux milles graphies

 Chants And Dances Of The Native Americans - Sacred Spirit, Dawa

 

 

Yamachiche dans le comté de Maskinongé, Mauricie (Québec), est un village rural sur la rive nord du lac Saint-Pierre peuplé d'environ 3000 habitants. La première chapelle fut construite en 1711, le village a été fondé par la réunion des fiefs Grosbois et Gatineau. En 1706 il y avait 7 familles venues de Trois-Rivières et de ses alentours. C'est le premier chemin piétonnier qu'empruntaient notamment les Algonquins qui l'appellent Wabmachis, ou Ouamachiche. La paroisse quant à elle porte le nom de Sainte-Anne-d’Yamachiche, fondée en 1722.

Yamachiche voit passer la Petite Rivière Yamachiche et la Grande Rivière Yamachiche, toutes deux se jetant dans le lac Saint-Pierre.

Plus tard :

Antennes de Drummondville

Marconi, physicien italien, réalisa le 12 décembre 1901 la première transmission télégraphique sans fil Europe-Amérique. Par cet exploit, il venait de créer l'ère des télécommunications. Il est reconnu comme l'inventeur de la radio mais ses transmissions n'étaient qu'en code Morse. C'est un Canadien, Réginald Aubrey Fessenden, qui réussit le premier à transmettre des voix.

En 1918, Marconi s'installa à Montréal pour l'unique raison que seul le Canada n'était pas soumis aux restrictions militaires pour la TSF (télégraphie sans fil). Il y fonda la «Canadian Marconi Wireless Co». Et cette compagnie créa la toute première station radiophonique au monde, la XWA qui devint, toujours en 1918, la station CFCF. Voilà pourquoi on peut prétendre que le Canada a contribué à l'invention de la radio.

Il faut comprendre que les radioamateurs ont grandement aidé au perfectionnement des systèmes de communication. Ainsi on pensait que les ondes courtes étaient limitées par la distance et on réserva les ondes courtes aux radioamateurs. Mais ceux-ci parvenaient à transmettre sur des distances de plus en plus grandes convainquant ainsi la «Canadian Marconi Wireless Co» d'utiliser des ondes courtes pour établir son service radiophonique transatlantique.

L'interminable ligne télégraphique de Louisbourg en Nouvelle-Écosse jusqu'à Montréal coûtait cher et les tempêtes de verglas la rendaient vulnérable. Il fallait réduire sa portée, rapprocher les stations vers le terminal de Montréal. La MWT abandonna le Cap Breton et choisit Yamachiche et Drummondville au Québec où le sol argileux et les vastes terres étant propices aux opérations du genre.

Dès 1925, on construisit 8 tours de métal dont 5 de 300 pieds de hauteur (91,5 mètres) pour le circuit de l'Angleterre (radio haute fréquence) et 3 tours de 250 pieds de hauteur (76 mètres) pour le circuit de l'Australie (ondes courtes).

Pendant la seconde guerre mondiale, la milice canadienne a veillé à la sécurité de la "Canadian Marconi" dont les services sont devenus alors de plus en plus importants pour les communications outre-mer si indispensables en période de guerre.

Nombreux sont les opérateurs qui, de Yamachiche (réception) et de Drummondville (émission), ont acheminé aux quatre coins du monde des millions de messages.

(Source : Michel Cloutier dans Le Nouvelliste et par Paul Desaulniers).

L’arrière-grand-père de Chloé, Marius Grimard, était télégraphiste au centre de Yamachiche.

Marius Grimard au centre télégraphique d'Yamachiche

Ainsi que l’arrière-arrière-grand-père de Chloé, Prosper Grimard, il était le premier chef de gare d'Yamachiche.

L’originalité de ce village ne vient pas tant des ancêtres de Chloé, bien qu’il soit aussi le foyer de familles purement québécoises et ait servi de refuge à quelques acadiens pendant le Grand Dérangement, mais de la quantité importante de noms que ce village a porté dû à sa prononciation et à son orthographe. En effet, le nom YAMACHICHE est reconnu pour être issu de langue amérindienne et traduit comme suit : YAMACHICHKI composé de YAMITAW ''beaucoup'' et ACHICHKI ''vase'' ou ''boue'' le tout signifiant  ''rivière vaseuse''. De même que dans la langue des Cris, dialecte Algonquin, Yamachiche signifie '' boue au fond de l'eau''.

J'ai recensé 104 événements dans cette paroisse liés à la généalogie de Cholé, ce qui m'a fait découvrir au cours de mes recherches quelques graphies intéressantes dont :

1. Ogmachise en marge du baptême de Jean-Baptiste Gelinas (Trois-Rivières1705)

 

2. Ogmachiche en marge du baptême d'Étienne Gelinas (Trois-Rivières 1710)

3. Hiamachiche en dans l'acte du baptême de Marie-Françoise Désaulniers (Louiseville - 1717)

 4. Machiche dans l'acte de mariage d'Étienne BELLEMARE avec Thérèse BÉLAND (Maskinongé - 1777)

5. Ouagmachiche dans l'acte de sépulture d'Étienne Gélinas (Trois-Rivières- 1720)

 6. Hyamachiche dans l'acte de mariage de Jean-Baptiste Fleury avec Marie Dulignon de la Mirande (Maskinongé - 1728)

 7. Machice dans le document d'annulation d'acte du mariage d'entre Joseph Douville et Angélique Tessier (Séminaire de Québec - 1767 - Acte non numérisé)

'' ... arrivé de France et établi a Machice, expédié par Mr Chefdeville curé ... ''

 8. Yamakise dans un procès-verbal de Jean-Eustache Lanouillier de Boiscler (BAnQ - 1732)

 9.Ouabmachiche - Ordonnance de l'intendant Jacques Raudot entre Charles et Julien Lesieur (BAnQ - 1706)

 11. Ouamachiche  Ordonnance de l'intendant Jacques Raudot entre Charles Lesieur, Julien Lesieur (BAnQ - 1707)

 12. 8abamachiche Titre du registre des B.M.S. de Sainte-Anne-d'Yamachiche (1728)

 

Le chiffre 8 est pour le son "wou".

Parmi les ancêtres de Chloé, voici la liste des individus ayant connu au moins un événement à Yamachiche (la narration ci-dessous a été réalisée par GenoPresse) :


B
 
BÉLAND, François, fils de François-de-Sales BÉLAND et Antoinette LAMY. Il est né le jeudi 12 janvier 1775 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. François s’est marié religieusement le lundi 9 janvier 1797, à l’âge de vingt et un ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, avec Magdeleine LUPIEN, âgée de vingt et un ans, fille d’Antoine BARON dit LUPIEN et Magdeleine BRULÉ. François a été cultivateur. Il est décédé le vendredi 25 mars 1842, à l’âge de 67 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le dimanche 27 mars 1842 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup.
Magdeleine LUPIEN. Elle est née et a été baptisée le vendredi 10 novembre 1775 à Maski-nongé, Mauricie (Québec), Canada. Elle est décédée le vendredi 31 juillet 1818, à l’âge de 42 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Officiant religieux : Jacques LE BOURDAIS † dit LAPIERRE. Magdeleine a été inhumée le lendemain à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup.
François BÉLAND et Magdeleine LUPIEN ont eu un garçon :
    i.    Isidore BÉLAND.
 
BÉLAND, François-de-Sales, fils de François-de-Sales BÉLAND et Françoise AIDE dite CRIQUI. Il est né le jeudi 10 octobre 1743 à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada et a été baptisé le même jour à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada, Saint-François-de-Sales. Il s’est marié religieusement le lundi 1er février 1773, à l’âge de vingt-neuf ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Antoinette LAMY, âgée d’environ 17 ou 18 ans, fille d’Étienne LAMY et Madeleine BERGERON. Présent : Étienne LAMY. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. François-de-Sales a été agriculteur. Il est décédé le vendredi 14 mai 1813, à l’âge de 69 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le lendemain à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup.
François-de-Sales BÉLAND et Antoinette LAMY ont eu un garçon :
    i.    François BÉLAND.
 
BELLEMARE, Étienne, fils de Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS. Il est né le jeudi 27 janvier 1752 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Étienne s’est marié religieusement le lundi 3 février 1777, à l’âge de vingt-cinq ans, à Maskinongé, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Joseph, avec Thérèse BÉLAND, âgée de dix-neuf ans, fille de Nicolas BÉLAND et Marguerite BOURBEAU. Étienne est décédé le dimanche 1er novembre 1812, à l’âge de 60 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup. Il a été inhumé le mardi 3 novembre 1812 au même endroit.
Thérèse BÉLAND. Elle est née le dimanche 22 janvier 1758 à Bécancour, Centre-du-Québec (Québec), Canada. Elle est décédée le mardi 20 novembre 1838, à l’âge de 80 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le jeudi 22 novembre 1838 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup. Officiant religieux : Jacques LE BOURDAIS † dit LAPIERRE.
Étienne BELLEMARE et Thérèse BÉLAND ont eu un garçon :
    i.    Paul BELLEMARE.
 
BELLEMARE, Paul, fils d’Étienne BELLEMARE et Thérèse BÉLAND. Il est né et a été baptisé le lundi 17 septembre 1787 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup. Il s’est marié religieusement le lundi 11 no-vembre 1811, à l’âge de vingt-quatre ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Marie Louise HÉBERT, âgée de vingt-trois ans, fille de Joseph HÉBERT et Marie Rose CORRIVEAU. Paul a été cultivateur. Il est décédé le vendredi 11 mars 1859, à l’âge de 71 ans, à Saint-Paulin, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le dimanche 13 mars 1859 à Saint-Paulin, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Paulin.
Paul BELLEMARE et Marie Louise HÉBERT ont eu un garçon :
    i.    Paul BELLEMARE.
 
BELLEMARE, Paul, fils de Paul BELLEMARE et Marie Louise HÉBERT. Il est né le jeudi 27 août 1812 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le lendemain à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Il a signé un contrat de mariage le dimanche 16 juin 1833, à l’âge de vingt ans, avec Martine GÉLINAS, âgée de vingt-trois ans, fille de Michel GÉLINAS et Marie Marguerite BLAIS. Paul et Martine se sont mariés religieusement le mardi 25 juin 1833 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Paul a été cultivateur. Il est décédé le vendredi 20 février 1891, à l’âge de 78 ans, à Saint-Sévère, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le lundi 23 février 1891 au même endroit.
Paul BELLEMARE et Martine GÉLINAS ont eu un garçon :
    i.    Paul BELLEMARE.
 
BELLEMARE, Paul, fils de Paul BELLEMARE et Martine GÉLINAS. Il est né le mardi 18 avril 1837 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le lendemain à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Présent : Paul BELLEMARE. Paul s’est marié religieusement le mardi 14 septembre 1858, à l’âge de vingt et un ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-Padoue, avec Adeline MASSE, âgée de vingt-trois ans, fille de Jean Baptiste MASSE et Marie Louise DESROSIERS. Présent : Paul BELLEMARE. Paul figurait au recensement à Maskinongé, Mauricie (Québec), Canada, Rivière-du-Loup en 1901. Il figurait au recensement à Maskinongé, Mauricie (Québec), Canada, Rivière-du-Loup en 1911. Il a été cultivateur. Il est décédé le dimanche 13 mai 1923, à l’âge de 86 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup. Il a été inhumé le mercredi 16 mai 1923 au même endroit.
Adeline MASSE. Elle est née le dimanche 28 juin 1835 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup. Officiant religieux : Jacques LE BOURDAIS † dit LAPIERRE. Adeline figurait au recensement à Maskinongé, Mauricie (Québec), Canada en 1901. Elle figurait au recensement à Maskinongé, Mauricie (Québec), Canada, Ri-vière-du-Loup en 1911. Elle est décédée le vendredi 19 novembre 1915, à l’âge de 80 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le lundi 22 novembre 1915 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup.
Paul BELLEMARE et Adeline MASSE ont eu un garçon :
    i.    Joseph-Édouard BELLEMARE.
 
BENOIT, Marie Marguerite, fille de Pierre BENOIT et Françoise LAMONTAGNE. Elle est née vers 1679. Elle s’est mariée religieusement le mardi 8 novembre 1701, vers l’âge de 21 ou 22 ans, à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception, avec Étienne GÉLINAS, âgé d’environ 30 ou 31 ans, fils de Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL. Marie Marguerite est décédée le mardi 27 janvier 1750, vers l’âge de 70 ou 71 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le lendemain à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Présent : Étienne GÉLINAS. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Marie Marguerite BENOIT et Étienne GÉLINAS ont eu un garçon :
    i.    Étienne GÉLINAS.
 
BERGERON, Madeleine, fille de Pierre BERGERON et Marie Madeleine GIGUERE. Elle est née et a été baptisée le samedi 8 juillet 1719 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le jeudi 11 octobre 1753, à l’âge de 34 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, avec Étienne LAMY, âgé d’environ 35 ou 36 ans, fils d’Étienne LAMY et Marguerite BLAIS. Madeleine est décédée le dimanche 24 juin 1770, à l’âge de 50 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour au même endroit. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Madeleine BERGERON et Étienne LAMY ont eu une fille :
    i.    Antoinette LAMY.
 
BLAIS, Charles, fils de Jacques BLAIS et Marie MILLETTE. Il a été baptisé le vendredi 1er décembre 1758 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié reli-gieusement le lundi 3 octobre 1785 avec Marguerite SAINT-GERMAIN, fille de Jean Baptiste BRISARD dit SAINT-GERMAIN et Angélique FLEURY. Marguerite est décédée avant le mercredi 29 avril 1807. Charles a été agriculteur. Il est décédé avant le mercredi 29 avril 1807.
Charles BLAIS et Marguerite SAINT-GERMAIN ont eu une fille :
    i.    Marie Marguerite BLAIS.
 
BLAIS, Jacques, fils de Pierre BLAIS et Anne PERREAULT. Il est né le lundi 6 avril 1682 à Saint-Jean, Canada et a été baptisé le mercredi 8 avril 1682 à Saint-Jean, Canada, Saint-Jean-Baptiste. Il s’est marié religieusement le vendredi 30 juin 1713, à l’âge de 31 ans, à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception, avec Louise Angélique CARTIER, âgée de vingt-trois ans, fille de Guillaume CARTIER et Étiennette GARNIER. Jacques est décédé le lundi 24 décembre 1759, à l’âge de 77 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Jacques BLAIS et Louise Angélique CARTIER ont eu un garçon :
    i.    Jacques BLAIS.
 
BLAIS, Jacques, fils de Jacques BLAIS et Louise Angélique CARTIER. Il s’est marié religieusement le lundi 31 janvier 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Marie MILLETTE, fille de Mathieu MILLETTE et Geneviève BANHIAC.
Jacques BLAIS et Marie MILLETTE ont eu un garçon :
    i.    Charles BLAIS.
 
BLAIS, Marguerite, fille de Pierre BLAIS et Anne PERREAULT. Elle est née le mardi 29 juin 1688 à Saint-Jean, Canada et a été baptisée le lendemain à Saint-Jean, Canada, Saint-Jean-Baptiste. Elle a signé un contrat de mariage le dimanche 2 septembre 1714, à l’âge de vingt-six ans, à Saint-Vallier, Chaudière-Appalaches (Québec), Canada, avec Étienne LAMY, âgé de vingt-cinq ans, fils de Pierre LAMY et Renée SUARD dite MONTMINY. Étienne et Marguerite se sont mariés religieusement. Marguerite est décédée le jeudi 16 mai 1765, à l’âge de 76 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Marguerite BLAIS et Étienne LAMY ont eu deux enfants (un garçon et une fille) :
    i.    Étienne LAMY.
    ii.    Marguerite LAMY.
 
BLAIS, Marie Marguerite, fille de Charles BLAIS et Marguerite SAINT-GERMAIN. Elle est née et a été baptisée le dimanche 3 mai 1789 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le mercredi 29 avril 1807, à l’âge de dix-sept ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Michel GÉLINAS, âgé de vingt-quatre ans, fils de Joseph GÉLINAS et Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS. Marie Marguerite est décédée le mardi 14 mars 1826, à l’âge de 36 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le jeudi 16 mars 1826 au même endroit.
Marie Marguerite BLAIS et Michel GÉLINAS ont eu une fille :
    i.    Martine GÉLINAS.
 
BOISSONNEAU, Marie Jeanne, fille de Vincent BOISSONNEAU dit SAINTONGE et Anne COLIN. Elle est née le samedi 23 janvier 1672 à Sainte-Famille, Capitale-Nationale (Québec), Canada et a été baptisée le lundi 1er février 1672 au même endroit. Elle s’est mariée religieusement le lundi 8 novembre 1700, à l’âge de vingt-huit ans, à l’Ile d’Orléans (Québec), avec Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE, âgé d’environ 28 ou 29 ans, fils de Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL. Marie Jeanne est décédée le mardi 27 décembre 1757, à l’âge de 85 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour au même endroit. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE et Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE ont eu deux garçons :
    i.    Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE.
    ii.    Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE.
 
BRISSON, David Dominique, fils de Jean Baptiste BRISSON et Angèle ROUSSEL. Il est né et a été baptisé le jeudi 2 avril 1846 à Saint-Michel-de-Bellechasse, Chaudière-Appalaches (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le mardi 24 janvier 1871, à l’âge de vingt-quatre ans, à Saint-Pierre-les-Becquets, Centre-du-Québec (Québec), Canada, avec Flore Georgina PICHER, âgée de vingt-quatre ans, fille de François Xavier PICHER et Marie Françoise ROBITAILLE. Présent : François Xavier PICHER. David Dominique figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1871. Il est resté à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1881. Il figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada le lundi 6 avril 1891. Il a été menuisier. Il est décédé le mardi 12 juin 1923, à l’âge de 77 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le vendredi 15 juin 1923 au même endroit. Présent : Prosper Joseph GRIMARD.
David Dominique BRISSON et Flore Georgina PICHER ont eu une fille :
    i.    Octavie Marie Joseph BRISSON.
 
BRISSON, Octavie Marie Joseph, fille de David Dominique BRISSON et Flore Georgina PICHER. Elle est née et a été baptisée le vendredi 22 mars 1878 à Yama-chiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée le mardi 16 juillet 1895, à l’âge de dix-sept ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Prosper Joseph GRIMARD, âgé de vingt-neuf ans, fils d’Aimée GRIMARD et Josepthe Aurélie VALLÉE. Octavie Marie Joseph figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1881. Elle a demeuré à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada le lundi 6 avril 1891. Elle a habité à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1901. Elle figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1911. Elle est décédée le mardi 19 avril 1949, à l’âge de 71 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour au même endroit.
Octavie Marie Joseph BRISSON et Prosper Joseph GRIMARD ont eu un garçon :
    i.    Marius Joseph Raymond GRIMARD.
 
C
 
CARTIER, Louise Angélique, fille de Guillaume CARTIER et Étiennette GARNIER. Elle est née le mercredi 1er février 1690 à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain au même endroit. Elle s’est mariée religieusement le vendredi 30 juin 1713, à l’âge de vingt-trois ans, à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception, avec Jacques BLAIS, âgé de 31 ans, fils de Pierre BLAIS et Anne PERREAULT. Louise Angélique est décédée le lundi 21 septembre 1733, à l’âge de 43 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne.
Louise Angélique CARTIER et Jacques BLAIS ont eu un garçon :
    i.    Jacques BLAIS.
 
CHEFDEVILLE DE LA GARENNE †, Jacques Maxime, fils de Jacques CHEFDEVILLE et Marie Anne CAILLÉ. Il est né le mercredi 28 mars 1714 à Québec, Capitale-Nationale (Québec), Canada. Il a été profession curé en 1739 à Pointe-du-Lac, Canada. Il a été ordonné le samedi 23 septembre 1741. Il a été religieux. Il a été profession prêtre à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il est décédé le jeudi 1er novembre 1770, à l’âge de 56 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
 
CLÉMENT, Jean Jacques Thomas, fils de Joseph CLÉMENT dit LACOUTURE et Marguerite FORCIER. Il est né et a été baptisé le samedi 9 janvier 1768 à Yamaska, Montérégie (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le jeudi 27 mai 1790, à l’âge de vingt-deux ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Marie Louise FAUCHER, âgée de vingt-sept ans, fille de Louis FAUCHER et Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS. Présent : Louis FAUCHER. Jean Jacques Thomas a été cultivateur. Il est décédé le dimanche 5 août 1832, à l’âge de 64 ans, à Saint-Cuthbert, Lanaudière (Québec), Canada. Il a été inhumé le mardi 7 août 1832 au même endroit.
Jean Jacques Thomas CLÉMENT dit LA COUTURE et Marie Louise FAUCHER ont eu une fille :
    i.    Geneviève Esther CLÉMENT.
 
CORRIVEAU, Marie Rose, fille de Jean Baptiste CORRIVEAU et Marie SIMONEAU. Elle est née le vendredi 18 janvier 1754 à Saint-Roch-des-Aulnaies, Chaudière-Appalaches (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 9 janvier 1775, à l’âge de vingt ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Joseph HÉBERT, âgé de 33 ans, fils d’Augustin HÉBERT et Marguerite LANDRY. Marie Rose est décédée le dimanche 2 septembre 1804, à l’âge de 50 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Marie Rose CORRIVEAU et Joseph HÉBERT ont eu une fille :
    i.    Marie Louise HÉBERT.
 
CREVIER, Josephte, fille de Michel CREVIER dit BELLERIVE et Angélique MASSE. Elle est née le jeudi 13 avril 1713 au Cap-de-la-Madeleine, Canada. Elle s’est mariée religieu-sement le lundi 4 février 1737, à l’âge de vingt-trois ans, au Cap-de-la-Madeleine, Canada, avec Étienne GÉLINAS, âgé de 32 ans, fils d’Étienne GÉLINAS et Marie Marguerite BENOIT. Josephte est décédée le dimanche 7 mai 1775, à l’âge de 62 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Josephte CREVIER dite BELLERIVE et Étienne GÉLINAS ont eu un garçon :
    i.    Joseph GÉLINAS.
 
F
 
FAUCHER, Louis, fils de Joseph FAUCHER et Marguerite MARCOTTE. Il est né vers 1724 à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le lundi 28 avril 1755, vers l’âge de 30 ou 31 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS, âgée de dix-neuf ans, fille d’Augustin LESIEUR dit VILLARS-DESAULNIERS et Josèphe FRIGON. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Louis FAUCHER et Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS ont eu une fille :
    i.    Marie Louise FAUCHER.
 
FAUCHER, Marie Louise, fille de Louis FAUCHER et Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS. Elle est née et a été baptisée le dimanche 21 no-vembre 1762 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Marie Louise s’est mariée religieusement le jeudi 27 mai 1790, à l’âge de vingt-sept ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Jean Jacques Thomas CLÉMENT dit LA COUTURE, âgé de vingt-deux ans, fils de Joseph CLÉMENT dit LACOUTURE et Marguerite FORCIER. Présent : Louis FAUCHER. Marie Louise est décédée le jeudi 11 février 1813, à l’âge de 50 ans, à Saint-Cuthbert, Lanaudière (Québec), Canada. Elle a été inhumée le samedi 13 février 1813 au même endroit. Présent : Jean Jacques Thomas CLÉMENT dit LA COUTURE.
Marie Louise FAUCHER et Jean Jacques Thomas CLÉMENT dit LA COUTURE ont eu une fille :
    i.    Geneviève Esther CLÉMENT.
 
G
 
GÉLINAS, Étienne, fils de Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL. Il est né vers 1670 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le mardi 8 novembre 1701, vers l’âge de 30 ou 31 ans, à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception, avec Marie Marguerite BENOIT, âgée d’environ 21 ou 22 ans, fille de Pierre BENOIT et Françoise LAMONTAGNE. Étienne est décédé le jeudi 26 septembre 1720, vers l’âge de 49 ou 50 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception.
Étienne GÉLINAS et Marie Marguerite BENOIT ont eu un garçon :
    i.    Étienne GÉLINAS.
 
GÉLINAS, Étienne, fils d’Étienne GÉLINAS et Marie Marguerite BENOIT. Il est né le mercredi 8 octobre 1704 et a été baptisé le dimanche 19 octobre 1704 à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le lundi 4 fé-vrier 1737, à l’âge de 32 ans, au Cap-de-la-Madeleine, Canada, avec Josephte CREVIER dite BELLERIVE, âgée de vingt-trois ans, fille de Michel CREVIER dit BELLERIVE et Angélique MASSE. Josephte est née le jeudi 13 avril 1713 au Cap-de-la-Madeleine, Canada. Elle est décédée le dimanche 7 mai 1775, à l’âge de 62 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Étienne est décédé le mercredi 11 juin 1766, à l’âge de 61 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Étienne GÉLINAS et Josephte CREVIER dite BELLERIVE ont eu un garçon :
    i.    Joseph GÉLINAS.
 
GÉLINAS, Étienne, fils de Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE. Il est né le jeudi 16 janvier 1710 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le samedi 18 janvier 1710 à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, L’Immaculée-Conception. Il s’est marié religieusement le lundi 14 février 1735, à l’âge de vingt-cinq ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Françoise de SEVIGNY dite LAFLEUR, âgée de dix-huit ans, fille de Julien Charles de SEVIGNY dit LAFLEUR et Marguerite ROGNON. Françoise est née le jeudi 16 juillet 1716 à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada. Étienne est décédé le vendredi 11 janvier 1782, à l’âge de 71 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le lendemain à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne.
Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE et Françoise de SEVIGNY dite LAFLEUR ont eu un garçon :
    i.    Joseph BELLEMARE.
 
GÉLINAS, Jean, fils d’Étienne JELINEAU et Huguette ROBERT. Il est né vers 1646 à Saintes, 17100, Charente-Maritime, Poitou-Charentes, France. Il a signé un contrat de ma-riage le lundi 17 octobre 1667, vers l’âge de 20 ou 21 ans, au Cap-de-la-Madeleine, Canada, avec Françoise de CHARMENIL, âgée de seize ans, fille de Robert de CHARMENIL et Marie DENIS. Jean et Françoise se sont mariés. Jean a émigré de La Rochelle, 17000, Cha-rente-Maritime, Poitou-Charentes, France le samedi 11 mai 1658. Il a immigré à Québec, Capitale-Nationale (Québec), Canada le mardi 6 août 1658. Condamnation à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada le jeudi 20 janvier 1667 et le mardi 13 novembre 1685. Il a fait une acquisition à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada, Seigneurie de Bécancour le dimanche 31 octobre 1694. Condamnation à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada le lundi 26 février 1703, le mardi 20 mars 1703. Il est décédé avant 1718, avant l’âge de 72 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Françoise de CHARMENIL. Elle est née le mercredi 24 mai 1651 à Rouen, 76000, Seine-Maritime, Haute-Normandie, France et a été baptisée le lendemain à Rouen, 76000, Seine-Maritime, Haute-Normandie, France, Saint-Maclou. Elle a émigré le dimanche 25 septembre 1667. Titre: Fille du Roy. Elle est décédée vers 1717, vers l’âge de 65 ou 66 ans.
Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL ont eu trois garçons :
    i.    Étienne GÉLINAS.
    ii.    Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE.
    iii.    Pierre GÉLINAS dit LACOURSE.
 
GÉLINAS, Jean-Baptiste, fils de Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL. Il est né vers 1671 au Cap-de-la-Madeleine, Canada. Il s’est marié religieusement le lundi 8 novembre 1700, vers l’âge de 28 ou 29 ans, à l’Ile d’Orléans (Québec), avec Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE, âgée de vingt-huit ans, fille de Vincent BOISSONNEAU dit SAINTONGE et Anne COLIN. Jean-Baptiste est décédé le mardi 8 mars 1746, vers l’âge de 74 ou 75 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Présent : Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE ont eu deux garçons :
    i.    Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE.
    ii.    Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE.
 
GÉLINAS, Jean-Baptiste, fils de Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE. Il est né et a été baptisé le mardi 3 mars 1705 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Sa marraine était Anne COLIN. Il a signé un contrat de mariage le dimanche 22 mai 1746, à l’âge de 41 ans, avec Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS, âgée de vingt-neuf ans, fille de Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD. Notaire : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Jean-Baptiste et Françoise se sont mariés religieusement le lundi 30 mai 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Jean-Baptiste est décédé le mercredi 9 mai 1798, à l’âge de 93 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le vendredi 11 mai 1798 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Présent : Étienne BELLEMARE.
Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS ont eu un garçon :
    i.    Étienne BELLEMARE.
 
GÉLINAS, Joseph, fils d’Étienne GÉLINAS et Josephte CREVIER dite BELLERIVE. Il est né le lundi 25 mars 1743. Il s’est marié religieusement le jeudi 7 novembre 1765, à l’âge de vingt-deux ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS, âgée de dix-neuf ans, fille de Jean Baptiste LESIEUR et Marguerite LAMY. Josephte est née le vendredi 28 octobre 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle est décédée le lundi 2 juin 1783, à l’âge de 36 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Condamnation à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada le vendredi 15 juin 1764. Joseph est décédé avant le mercredi 29 avril 1807, avant l’âge de 64 ans.
Joseph GÉLINAS et Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS ont eu un garçon :
    i.    Michel GÉLINAS.
 
GÉLINAS, Marie Madeleine, fille de Pierre GÉLINAS dit LACOURSE et Marie Madelaine BOURBEAU. Elle est née vers 1708. Elle s’est mariée religieusement le samedi 7 janvier 1736, vers l’âge de 27 ou 28 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec René LEMIRE, âgé de vingt-trois ans, fils de Jean François LEMIRE et Françoise FOUCAULT. René est né le mardi 1er mars 1712 à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada.
Marie Madeleine GÉLINAS dite LACOURSE et René LEMIRE ont eu un garçon :
    i.    Gabriel LEMIRE dit GONNEVILLE.
 
GÉLINAS, Martine, fille de Michel GÉLINAS et Marie Marguerite BLAIS. Elle est née le mercredi 28 février 1810 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain au même endroit. Présent : Michel GÉLINAS. Martine a signé un contrat de mariage le dimanche 16 juin 1833, à l’âge de vingt-trois ans, avec Paul BELLEMARE, âgé de vingt ans, fils de Paul BELLEMARE et Marie Louise HÉBERT. Paul et Martine se sont mariés religieusement le mardi 25 juin 1833 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Martine est décédée le vendredi 31 mars 1893, à l’âge de 83 ans, à Saint-Sévère, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le lundi 3 avril 1893 au même endroit.
Martine GÉLINAS et Paul BELLEMARE ont eu un garçon :
    i.    Paul BELLEMARE.
 
GÉLINAS, Michel, fils de Joseph GÉLINAS et Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS. Il est né et a été baptisé le jeudi 23 janvier 1783 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Officiant religieux : Dominique PETRIMOULX †. Michel s’est marié religieusement le mercredi 29 avril 1807, à l’âge de vingt-quatre ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Marie Marguerite BLAIS, âgée de dix-sept ans, fille de Charles BLAIS et Marguerite SAINT-GERMAIN. Michel a été cultivateur. Il est décédé le mercredi 25 mai 1859, à l’âge de 76 ans, à Saint-Sévère, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le vendredi 27 mai 1859 au même endroit.
Michel GÉLINAS et Marie Marguerite BLAIS ont eu une fille :
    i.    Martine GÉLINAS.
 
GÉLINAS, Pierre, fils de Jean GÉLINAS et Françoise de CHARMENIL. Il est né vers 1673. Il s’est marié religieusement le lundi 2 juin 1704, vers l’âge de 30 ou 31 ans, au Cap-de-la-Madeleine, Canada, avec Marie Madelaine BOURBEAU, âgée d’environ 17 ou 18 ans, fille de Pierre BOURBEAU et Anne BENARD. Marie Madelaine est née vers 1686. Elle est décédée le mardi 14 juillet 1722, vers l’âge de 35 ou 36 ans, à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada. Pierre est décédé le vendredi 11 mai 1731, vers l’âge de 57 ou 58 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Pierre GÉLINAS dit LACOURSE et Marie Madelaine BOURBEAU ont eu une fille :
    i.    Marie Madeleine GÉLINAS dite LACOURSE.
 
GERBAULT, Marie Angélique, fille de Pierre GERBAULT et Marie Anne BANHIAC. Elle est née le jeudi 2 décembre 1734 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 22 novembre 1756, à l’âge de vingt et un ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, avec Eustache LAMBERT, âgé d’environ 29 ou 30 ans, fils de Michel LAMBERT et Louise Catherine GRENIER. Eustache est né vers 1726. Marie Angélique est décédée le lundi 7 mars 1768, à l’âge de 33 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada.
Marie Angélique GERBAULT dite BELLEGARDE et Eustache LAMBERT ont eu une fille :
    i.    Angélique LAMBERT.
 
GRIMARD, Lucie Marie Octavie, fille de Marius Joseph Raymond GRIMARD et Élisabeth Marie Bernadette LACASSE. Elle est née le dimanche 6 avril 1941 à Yama-chiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain au même endroit. Présent : Marius Joseph Raymond GRIMARD. Son parrain était Prosper Joseph GRIMARD. Sa marraine était Octavie Marie Joseph BRISSON. Lucie Marie Octavie s’est mariée religieusement le samedi 17 août 1963, à l’âge de vingt-deux ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne-de-Yamachiche, avec Fernand Joseph Herménégilde SYLVESTRE, âgé de vingt-trois ans, fils de Joseph Camille Wilfrid SYLVESTRE et Flora Maria Albertine BELLEMARE. Lucie Marie Octavie est professeur.
Lucie Marie Octavie GRIMARD et Fernand Joseph Herménégilde SYLVESTRE ont eu une fille :
    i.    Caroline Isabelle Marie SYLVESTRE.
 
GRIMARD, Marius Joseph Raymond, fils de Prosper Joseph GRIMARD et Octavie Marie Joseph BRISSON. Il est né et a été baptisé le dimanche 24 février 1907 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Présent : Prosper Joseph GRIMARD. Marius Joseph Raymond s’est marié religieusement le mercredi 18 octobre 1939, à l’âge de 32 ans, à Montréal, Montréal (Québec), Canada, Marie-Reine-du-Monde, avec Élisabeth Marie Bernadette LACASSE, âgée de vingt-sept ans, fille d’Henri LACASSE et Marie Mélina PAQUET. Témoins : Prosper Joseph GRIMARD et Henri LACASSE. Marius Joseph Raymond figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1911. Il a été télégraphiste. Il a vécu à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il travaille à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il est décédé le samedi 17 février 1962, à l’âge de 54 ans. Il a été inhumé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Marius Joseph Raymond GRIMARD et Élisabeth Marie Bernadette LACASSE ont eu une fille :
    i.    Lucie Marie Octavie GRIMARD.
 
GRIMARD, Prosper Joseph, fils d’Aimée GRIMARD et Josepthe Aurélie VALLÉE. Il est né et a été baptisé le mercredi 6 septembre 1865 à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié le mardi 16 juillet 1895, à l’âge de vingt-neuf ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Octavie Marie Joseph BRISSON, âgée de dix-sept ans, fille de David Dominique BRISSON et Flore Georgina PICHER. Prosper Joseph figurait au recensement à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Mauricie (Québec), Canada en 1871. Il est resté à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Mauricie (Québec), Canada en 1881. Il travaille entre 1889 et 1932 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a demeuré à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada le vendredi 17 avril 1891. Il a habité à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1901. Il figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1911. Il a été chef de gare à Yamachiche. Il est décédé le mardi 20 septembre 1949, à l’âge de 84 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour au même endroit.
Prosper Joseph GRIMARD et Octavie Marie Joseph BRISSON ont eu un garçon :
    i.    Marius Joseph Raymond GRIMARD.
 
H
 
HÉBERT, Joseph, fils d’Augustin HÉBERT et Marguerite LANDRY. Il est né le mardi 19 septembre 1741 à Grand-Pré, Acadie, Canada. Il s’est marié religieusement le lundi 9 janvier 1775, à l’âge de 33 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Marie Rose CORRIVEAU, âgée de vingt ans, fille de Jean Baptiste CORRIVEAU et Marie SIMONEAU. Marie Rose est née le vendredi 18 janvier 1754 à Saint-Roch-des-Aulnaies, Chaudière-Appalaches (Québec), Canada. Elle est décédée le dimanche 2 septembre 1804, à l’âge de 50 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Joseph a été cultivateur. Il est décédé le mardi 9 septembre 1823, à l’âge de 81 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Joseph HÉBERT et Marie Rose CORRIVEAU ont eu une fille :
    i.    Marie Louise HÉBERT.
 
HÉBERT, Marie Louise, fille de Joseph HÉBERT et Marie Rose CORRIVEAU. Elle est née et a été baptisée le mardi 8 juillet 1788 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 11 novembre 1811, à l’âge de vingt-trois ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Paul BELLEMARE, âgé de vingt-quatre ans, fils d’Étienne BELLEMARE et Thérèse BÉLAND. Marie Louise a résidé à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle est décédée le lundi 25 septembre 1815, à l’âge de vingt-sept ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le lendemain au même endroit.
Marie Louise HÉBERT et Paul BELLEMARE ont eu un garçon :
    i.    Paul BELLEMARE.
 
L
 
LACASSE, Élisabeth Marie Bernadette, fille d’Henri LACASSE et Marie Mélina PAQUET. Elle est née le dimanche 21 juillet 1912 à Sainte-Anne-des-Plaines, Laurentides (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain au même endroit. Présent : Henri LACASSE. Élisabeth Marie Bernadette s’est mariée religieusement le mercredi 18 oc-tobre 1939, à l’âge de vingt-sept ans, à Montréal, Montréal (Québec), Canada, Ma-rie-Reine-du-Monde, avec Marius Joseph Raymond GRIMARD, âgé de 32 ans, fils de Prosper Joseph GRIMARD et Octavie Marie Joseph BRISSON. Témoins : Prosper Joseph GRIMARD et Henri LACASSE. Élisabeth Marie Bernadette est décédée le samedi 28 décembre 1963, à l’âge de 51 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour au même endroit.
Élisabeth Marie Bernadette LACASSE et Marius Joseph Raymond GRIMARD ont eu une fille :
    i.    Lucie Marie Octavie GRIMARD.
 
LAMY, Antoinette, fille d’Étienne LAMY et Madeleine BERGERON. Elle est née vers 1755 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 1er février 1773, vers l’âge de 17 ou 18 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec François-de-Sales BÉLAND, âgé de vingt-neuf ans, fils de François-de-Sales BÉLAND et Françoise AIDE dite CRIQUI. Présent : Étienne LAMY. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Antoinette est décédée le jeudi 27 avril 1826, vers l’âge de 70 ou 71 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Officiant religieux : Jacques LE BOURDAIS † dit LAPIERRE. Antoinette a été inhumée le lendemain à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup.
Antoinette LAMY et François-de-Sales BÉLAND ont eu un garçon :
    i.    François BÉLAND.
 
LAMY, Étienne, fils de Pierre LAMY et Renée SUARD dite MONTMINY. Il est né le jeudi 30 juin 1689 à l’Ile-aux-Oies, (Québec), Canada et a été baptisé le samedi 2 juillet 1689 au même endroit. Il a signé un contrat de mariage le dimanche 2 septembre 1714, à l’âge de vingt-cinq ans, à Saint-Vallier, Chaudière-Appalaches (Québec), Canada, avec Marguerite BLAIS, âgée de vingt-six ans, fille de Pierre BLAIS et Anne PERREAULT. Étienne et Marguerite se sont mariés religieusement. Étienne est décédé le lundi 24 avril 1747, à l’âge de 57 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Étienne LAMY et Marguerite BLAIS ont eu deux enfants (un garçon et une fille) :
    i.    Étienne LAMY.
    ii.    Marguerite LAMY.
 
LAMY, Étienne, fils d’Étienne LAMY et Marguerite BLAIS. Il est né vers 1717. Il s’est marié religieusement le jeudi 11 octobre 1753, vers l’âge de 35 ou 36 ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, avec Madeleine BERGERON, âgée de 34 ans, fille de Pierre BERGERON et Marie Madeleine GIGUERE. Étienne est décédé le vendredi 11 mai 1787, vers l’âge de 69 ou 70 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le dimanche 13 mai 1787 au même endroit.
Étienne LAMY et Madeleine BERGERON ont eu une fille :
    i.    Antoinette LAMY.
 
LAMY, Marguerite, fille d’Étienne LAMY et Marguerite BLAIS. Elle est née vers le mardi 16 septembre 1721 à Berthierville, Lanaudière (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 12 août 1737, à l’âge de quinze ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Jean Baptiste LESIEUR, âgé de vingt-neuf ans, fils de Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD. Jean Baptiste est né le samedi 5 mai 1708 à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada. Marguerite est décédée le lundi 17 avril 1780, à l’âge de 58 ans.
Marguerite LAMY et Jean Baptiste LESIEUR ont eu une fille :
    i.    Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS.
 
LEMIRE, René, fils de Jean François LEMIRE et Françoise FOUCAULT. Il est né le mardi 1er mars 1712 à Trois-Rivières, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le samedi 7 janvier 1736, à l’âge de vingt-trois ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Marie Madeleine GÉLINAS dite LACOURSE, âgée d’environ 27 ou 28 ans, fille de Pierre GÉLINAS dit LACOURSE et Marie Madelaine BOURBEAU. Marie Madeleine est née vers 1708.
René LEMIRE et Marie Madeleine GÉLINAS dite LACOURSE ont eu un garçon :
    i.    Gabriel LEMIRE dit GONNEVILLE.
 
LESIEUR, Augustin, fils de Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD. Il est né le samedi 21 décembre 1709 à Batiscan, Mauricie (Qué-bec), Canada et a été baptisé le même jour à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier-de-Batiscan. Il s’est marié religieusement le jeudi 18 novembre 1734, à l’âge de vingt-quatre ans, à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada, Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup, avec Josèphe FRIGON, âgée de vingt-neuf ans, fille de Jean François FRIGON et Marie Magdeleine MOREAU. Témoin : Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS. Présent : Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS. Augustin est décédé le mercredi 15 mai 1748, à l’âge de 38 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Josèphe FRIGON. Elle est née le vendredi 30 octobre 1705 à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le même jour à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier.
Augustin LESIEUR dit VILLARS-DESAULNIERS et Josèphe FRIGON ont eu une fille :
    i.    Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS.
 
LESIEUR, Françoise, fille de Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD. Elle est née le dimanche 25 avril 1717 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le mardi 18 mai 1717 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Elle a signé un contrat de mariage le dimanche 22 mai 1746, à l’âge de vingt-neuf ans, avec Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE, âgé de 41 ans, fils de Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE. Notaire : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Jean-Baptiste et Françoise se sont mariés religieusement le lundi 30 mai 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS et Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE ont eu un garçon :
    i.    Étienne BELLEMARE.
 
LESIEUR, Jean Baptiste, fils de Charles LESIEUR dit DE LAPIERRE et Françoise LAFOND. Il est né le samedi 27 juillet 1686 à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisé le même jour à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier. Il s’est marié religieusement le samedi 30 juillet 1707, à l’âge de vingt et un ans, à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier, avec Marie Élisabeth RIVARD, âgée de dix-sept ans, fille de Julien RIVARD dit LA VIGNE et Élisabeth THUNAY. Jean Baptiste est décédé le vendredi 22 avril 1740, à l’âge de 53 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Il a été inhumé le même jour au même endroit. Officiant religieux : Charles POCQUELEAU †.
Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD ont eu trois enfants (deux garçons et une fille) :
    i.    Jean Baptiste LESIEUR.
    ii.    Augustin LESIEUR dit VILLARS-DESAULNIERS.
    iii.    Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS.
 
LESIEUR, Jean Baptiste, fils de Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS et Marie Élisabeth RIVARD. Il est né le samedi 5 mai 1708 à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada. Il s’est marié religieusement le lundi 12 août 1737, à l’âge de vingt-neuf ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Marguerite LAMY, âgée de quinze ans, fille d’Étienne LAMY et Marguerite BLAIS. Marguerite est née vers le mardi 16 septembre 1721 à Berthierville, Lanaudière (Québec), Canada. Elle est décédée le lundi 17 avril 1780, à l’âge de 58 ans.
Jean Baptiste LESIEUR et Marguerite LAMY ont eu une fille :
    i.    Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS.
 
LESIEUR, Josephte, fille de Jean Baptiste LESIEUR et Marguerite LAMY. Elle est née le vendredi 28 octobre 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le jeudi 7 novembre 1765, à l’âge de dix-neuf ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Joseph GÉLINAS, âgé de vingt-deux ans, fils d’Étienne GÉLINAS et Josephte CREVIER dite BELLERIVE. Josephte est décédée le lundi 2 juin 1783, à l’âge de 36 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Josephte LESIEUR dite DESAUNIERS et Joseph GÉLINAS ont eu un garçon :
    i.    Michel GÉLINAS.
 
LESIEUR, Marie Joseph, fille d’Augustin LESIEUR dit VILLARS-DESAULNIERS et Josèphe FRIGON. Elle est née le dimanche 12 février 1736 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le vendredi 9 mars 1736 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Elle s’est mariée religieusement le lundi 28 avril 1755, à l’âge de dix-neuf ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Louis FAUCHER, âgé d’environ 30 ou 31 ans, fils de Joseph FAUCHER et Marguerite MARCOTTE. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †. Louis est né vers 1724 à Neuville, Capitale-Nationale (Québec), Canada. Marie Joseph est décédée le samedi 13 mars 1784, à l’âge de 48 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le lendemain à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne.
Marie Joseph LESIEUR dite VILLARS-DESAULNIERS et Louis FAUCHER ont eu une fille :
    i.    Marie Louise FAUCHER.
 
M
 
MILLETTE, Marie, fille de Mathieu MILLETTE et Geneviève BANHIAC. Elle s’est mariée religieusement le lundi 31 janvier 1746 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, avec Jacques BLAIS, fils de Jacques BLAIS et Louise Angélique CARTIER.
Marie MILLETTE et Jacques BLAIS ont eu un garçon :
    i.    Charles BLAIS.
 
MILLETTE, Mathieu, fils de Nicolas MILLET dit MARANDAIS et Michelle LESDILLER. Il est né vers 1674. Il s’est marié religieusement le lundi 7 janvier 1709, vers l’âge de 34 ou 35 ans, avec Geneviève BANHIAC, fille de François BANHIAC dit LAMONTAGNE et Marie Angélique PELLETIER dite ANTAYA. Mathieu a été inhumé le mardi 22 novembre 1740 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada.
Mathieu MILLETTE et Geneviève BANHIAC ont eu une fille :
    i.    Marie MILLETTE.
 
P
 
PICHER, Flore Georgina, fille de François Xavier PICHER et Marie Françoise ROBITAILLE. Elle est née le samedi 2 mai 1846 à Saint-Pierre-les-Becquets, Centre-du-Québec (Québec), Canada et a été baptisée le lundi 4 mai 1846 au même endroit. Elle s’est mariée religieusement le mardi 24 janvier 1871, à l’âge de vingt-quatre ans, à Saint-Pierre-les-Becquets, Centre-du-Québec (Québec), Canada, avec David Dominique BRISSON, âgé de vingt-quatre ans, fils de Jean Baptiste BRISSON et Angèle ROUSSEL. Présent : François Xavier PICHER. Flore Georgina figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1871. Elle a vécu à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada en 1881. Elle figurait au recensement à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada le lundi 6 avril 1891. Elle est décédée le mardi 28 décembre 1897, à l’âge de 51 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le vendredi 31 décembre 1897 à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Témoin : Prosper Joseph GRIMARD. Présent : David Dominique BRISSON.
Flore Georgina PICHER et David Dominique BRISSON ont eu une fille :
    i.    Octavie Marie Joseph BRISSON.
 
R
 
RIVARD, Marie Élisabeth, fille de Julien RIVARD dit LA VIGNE et Élisabeth THUNAY. Elle est née le mercredi 28 septembre 1689 à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada et a été baptisée le lendemain à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier. Elle s’est mariée religieusement le samedi 30 juillet 1707, à l’âge de dix-sept ans, à Batiscan, Mauricie (Québec), Canada, Saint-François-Xavier, avec Jean Bap-tiste LESIEUR dit DESAULNIERS, âgé de vingt et un ans, fils de Charles LESIEUR dit DE LAPIERRE et Françoise LAFOND. Marie Élisabeth est décédée le dimanche 18 août 1771, à l’âge de 81 ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada. Elle a été inhumée le même jour à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne. Officiant religieux : Jacques Maxime CHEFDEVILLE de LA GARENNE †.
Marie Élisabeth RIVARD et Jean Baptiste LESIEUR dit DESAULNIERS ont eu trois enfants (deux garçons et une fille) :
    i.    Jean Baptiste LESIEUR.
    ii.    Augustin LESIEUR dit VILLARS-DESAULNIERS.
    iii.    Françoise LESIEUR dite DESAULNIERS.
 
S
 
SEVIGNY (DE), Françoise, fille de Julien Charles de SEVIGNY dit LAFLEUR et Marguerite ROGNON. Elle est née le jeudi 16 juillet 1716 à Neuville, Capitale-Nationale (Qué-bec), Canada. Elle s’est mariée religieusement le lundi 14 février 1735, à l’âge de dix-huit ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne, avec Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE, âgé de vingt-cinq ans, fils de Jean-Baptiste GÉLINAS dit BELLEMARE et Marie Jeanne BOISSONNEAU dite SAINTONGE.
Françoise de SEVIGNY dite LAFLEUR et Étienne GÉLINAS dit BELLEMARE ont eu un garçon :
    i.    Joseph BELLEMARE.
 
SYLVESTRE, Fernand Joseph Herménégilde, fils de Joseph Camille Wilfrid SYLVESTRE et Flora Maria Albertine BELLEMARE. Il est né et a été baptisé le dimanche 27 août 1939 à Louiseville, Mauricie (Québec), Canada. Présent : Joseph Camille Wilfrid SYLVESTRE. Fernand Joseph Herménégilde s’est marié religieusement le samedi 17 août 1963, à l’âge de vingt-trois ans, à Yamachiche, Mauricie (Québec), Canada, Sainte-Anne-de-Yamachiche, avec Lucie Marie Octavie GRIMARD, âgée de vingt-deux ans, fille de Marius Joseph Raymond GRIMARD et Élisabeth Marie Bernadette LACASSE. Fernand Joseph Herménégilde est logisticien.
Fernand Joseph Herménégilde SYLVESTRE et Lucie Marie Octavie GRIMARD ont eu une fille :
    i.    Caroline Isabelle Marie SYLVESTRE.


  Et vous, avez-vous trouvé des paroisses avec différentes graphies ?

 

XXX : Affaires de sexe en Nouvelle-France

Imprimer

XXX : Affaires de sexe en Nouvelle-France

 Antonio Vivaldi - L'inverno Allegro
Interprète : Nigel Kennedy

 

Le sujet était tabou. Les premières femmes arrivées à la colonie étaient des femmes d'âge mûr, la plupart étaient déjà mariées ; d'autres étaient des filles de bonnes familles dont leur mariage était arrangé d'avance donc leur comportement était surveillé ; les bons mariages étaient visés comme un père présentant sa jeune fille au seigneur de la région ; des mariages rapides ou arrangement à l'amiable devant prévôt car la jeune fille était enceinte et non mariée.

Cause entre Marie-Anne Saint-Onge, fille du feu Simon Saint-Onge et de Marie-Geneviève Arcan, assistée de Jacques Perrault, son beau-frère, demanderesse; et Jacques Rollet père, et Joseph Rollet fils, habitant des Grondines, défendeurs, ledit fils présent assisté du sieur Decharnay, comparant aussi pour ledit père, la demanderesse étant enceinte dudit Joseph Rollet lequel refuse de l'épouser, ledit Joseph Rollet est condamné à 150 livres d'amende envers la demanderesse pour dommages et intérêts, en plus de payer les frais de gésine, de nourriture et de faire élever l'enfant dont la demanderesse accouchera jusqu'à ce qu'il soit en état de gagner sa vie, il est condamné aux dépens liquidés à 12 livres et 10 sols (cause en marges des pages 138v et 139) . - 20 avril 1753(Source BAnQ TL1,S11,SS1,D100,P857)

Le gouvernement en place fit déjà état au roi le 13 novembre 1685 de tout le libertinage en Nouvelle-France dans une lettre qui lui est adressée :

Lettre de Denonville au roi - le grand nombre d'enfants lui fait espérer le progrès de la colonie; voit dans les Canadiens "les prémisses d'un grand peuple"; multiplier les cures et entretenir des compagnies de jeunes Canadiens pour mieux instruire et discipliner la jeunesse et pour la retirer du libertinage; accorder une grosse abbaye à Mgr de Saint-Vallier; envoyer des secours pour humilier les Iroquois qui sont les pires ennemis de la colonie; tâchera de maintenir la bonne union entre tous ses sujets; ne sera intraitable qu'avec ceux qui s'acharneront à désobéir. (Source : Archives Canada-France - AFNOM COL C11A 7/fol.115-116v)

 

 

Notre bon Monseigneur de Saint-Vallier avait à son époque (en 1703) régit les lois curiales du mariage et la vie du couple enseigné pendant les cours de catéchèse, il alla aussi rédiger les commandements dans son livre Rituel du Diocèse de Québec, livre consacré au clergé de la Nouvelle-France, en énumérant les bonnes et les mauvaises actions :

Dans l'alinéa 4 des commandements :
Les maris doivent l'amour, la douceur.
Les femmes le respect, l'amour, la fidélité.

Dans l'alinéa 5 des commandements :
N'aimer pas le prochain.
Envie, Jalousie.
Mauvais désirs.

Dans l'alinéa 6 des commandements :
Pensée d'impureté.
Désirs.
Attouchements.
Songes.
Délectation.
Sensualitez.
Regards.
Actions deshonnêtes, impures.
Habits immodestes.
Nuditez.
Gorge découverte.
Amour des plaisirs, amour de soy-même, de son corps, de ses aises.

(Open Library - Source : Rituel du Diocèse de Québec Page 415


Les jeunes filles étaient envoyées au couvent pour leur éducation à Québec, Montréal (Ville-Marie) ou Trois-Rivières, elles recevaient une éducation chrétienne, de bonne conduite, de bonne séance et de future mère de famille : faites des enfants au nom de Dieu, mais le message était surtout de peupler ce pays au plus vite...

Au début de la colonie, il y a deux fois plus de femmes que d'hommes (voir le recensement de 1666), la gente féminine avait alors le contrôle sur leur futur prétendant, la gente masculine avait fort à faire et jouer de leur séduction. Une fois mariée, elle dépendait entièrement de son mari.

Les premières déviances à la bonne conduite sont les cas de séduction, d'adultère, de rapt et de viol. Ils sont rapportés à la prévôté et elle donne la sentence instantanément. Ces cas étaient tous jugés de la même façon comme s'il n'y avait pas de discernement entre séduction et viol.

Procès entre Elisabeth Campeau, fille d'Étienne et de Catherine Paulo, plaignante, et Nicolas Lemoine, sieur de Leau, accusé de séduction de mineure. - 17 mars 1701 (Source BAnQ TL4,S1,D399)

Procès contre Anne Charlotte Leroux, femme de Michel Leblond dit Lepicard, accusée, pour adultère. - 10 mai 1695 - 20 mai 1695 (Source : BAnQ TL4,S1,D113)

Cause entre Michel Bouchard, cabaretier de Québec, demandeur, et Jean Gagnon, défendeur, lequel est accusé d'avoir abusé de Marguerite Bouchard (viol), fille dudit demandeur, de l'avoir mise enceinte et de lui avoir fait prendre quelque chose pour lui faire perdre l'enfant ; ledit Gagnon est condamné à prendre l'enfant à sa naissance pour l'entretenir et le faire élever en la religion catholique, apostolique et romaine, et ce, jusqu'à ce qu'il soit en âge de gagner sa vie, et devra en outre lui apprendre un métier, et est en outre condamné à payer 100 sols à l'Hôpital Général, et 100 livres de dommages audit demandeur, laquelle somme devra être remise à ladite Bouchard pour qu'elle se marie. - 14 novembre 1693 (Source TL1,S11,SS1,D24,P7)

Procès entre Marie-Anne Campeau, mineure, plaignante, et Michel Lecours, accusé de rapt et séduction. - 13 mai 1755 - 22 janvier 1756 (Source BAnQ TL4,S1,D6022)

Procès entre Marie Gauthier, femme d'Alexandre Turpin, plaignante, et François Brunet dit Bourbonnais, fils d'Antoine, accusé de séduction et d'avoir mis enceinte la plaignante. - 18 février 1704 (Source : BAnQ TL4,S1,D747)

Il y a parfois des accusations qui s'avèrent être fausses, car la plaignante, ici Marie Chauvet, avait déclarée avoir été violée, mais au deuxième interrogatoire elle était plus que consentante !

Le 2 janvier 1669, Pierre Vivier, 31 ans, et son beau-frère Étienne Roy, 28 ans, deux habitants de Charlesbourg, sont accusés d'avoir violé une voisine, Marie Chauvet, femme de Pierre Fayon dit VilleFayen. Selon les premiers témoins, il n'y a pas viol mais plutôt adultère, puisque Marie Chauvet s'est donnée à ses "violeurs". Quand l'aventure arrive aux oreilles du mari, l'épouse parle alors de viol pour sauver sa réputation. Personne n'est dupe de ce stratagème attendu "Qu'il n'y a aucune violence de la part du dict Vivier" Ceci établi, le tribunal " Déclare que les dicts Pierre Vivier, Étienne Roy et Marie Chauvet duement atteints et convaincus de crime d'adultaire".

La sentence est la suivante "La dicte Chauvet a estre razee et battue de verges par les carrefours ordinaires de cette ville, et ensuite enfermée dans vn lieu seur pour y demeurer. En fournissant par le dict Fayon sa nourriture, si mieux il n'ayme la reprendre avec luy ; Et les dicts Vivier et Roy a tenir pendant huit jours prison les fers aux pieds et au pain et a l'eau, en quinze livres chacun de dommage et interest envers le dict Fayon et en dix livres d'amende chacun applicable à l'hospital de cette ville et à tenir prison jusqu'au payement d'icelle". (Source : BAnQ TP1,S28,P624)

 

 

L'arrivée des militaires (1665) allait apporté aussi son lot d'affaires sexuelles, l'affaire de Marguerite Ratier est sans doute la plus connue de toute la colonie, Marguerite est la fille du bourreau de Québec et elle était connue pour avoir un comportement hors norme pour l'époque :

Interrogatoire de Marguerite Rattier (Ratier), 26 ans, femme de Gabriel Montvillain dit Bonnefoy, native des Trois-Rivières, demeurant chez Jean Rattier son père, dans une redoute proche la porte Saint-Jean (Québec), accusée d'avoir donné des rendez-vous aux soldats, de s'être enivrée et avoir fait de la débauche (prostitution). - 26 juin 1698 (Source : BAnQ TL5,D268)

 Un cas de maison de débauche est enregistré à la prévôté de Québec :

Arrêt ordonnant information dans le procès criminel de Marguerite Leboeuf, femme de Gabriel Lemieux accusée d'impudicité et de produire dans sa maison des femmes et des filles, laissant au soins du mari et femme de décider de celui d'adultère. - 26 avril 1667(Source BAnQ TP1,S28,P466)

Les archives de la prévôté donnent quelques 150 cas de libertinage impliquant près de 400 individus, ce nombre est important si on le compare à la population de la Nouvelle-France de l'époque qui n'a que quelques milliers d'individus !

Une étude réalisée par Robert-Lionel Séguin (édition Leméac, 1972) est compilée dans en deux tomes : La vie libertine en Nouvelle-France au dix-septième siècle.

Livre à lire portant sur le sujet : Une libertine en Nouvelle-France Par Sylvie Ouellette :

Parmi les ancêtres de Chloé, il y a Abraham Martin dit l'Écossais qui a été jeté en prison le 15 février 1649 pour avoir abusé d'une jeune fille de Québec.

  Et vous, avez-vous rencontré des affaires de sexe dans votre généalogie ?

 

W, Wou ou 8 ?

Imprimer

W, Wou ou 8 ?

 Various Artists - Sacred Spirit, Shamanic Chant No 5

 Iroquois dans la maison longue - Œuvre de Lewis Parker

Voici une particularité de la langue française n'ayant qu'existé qu'en Amérique du Nord : lorsque les amérindiens ont commencé à se faire baptiser par les différentes missions sur le long du Fleuve Saint-Laurent, les prêtres missionnaires ont été confrontés à la difficulté de la langue amérindienne, en particulier d'un son inconnu de la langue française, un son ressemblant à WOU. Il a alors été défini un nouveau caractère graphique pour l'écrire, le chiffre 8 est venu comme vingt-septième lettre de l'alphabet français, on peut l'apparenter au W anglais.

Cette graphie revient souvent dans les actes officiels des curés, des notaires, etc. Le chiffre 8 sera inscrit à chaque fois que le son sera présent, en voici quelques exemples :

Première page des registres de Yamachiche (Mauricie - Québec) : 8abamachiche pour écrire Wouabmachiche.

 

(Source : registre des B.M.S. de Saint-Anne-d'Yamachiche - 1728)

Cette notation se trouve aussi en caractère d'imprimerie dans les livres de l'époque, voici un extrait, 2ème ligne, lisez woutaouak.

(Extrait d'une lettre de Marie de l'Incarnation à son fils)

Il devient assez aisé de lire un tel mot lorsque le texte est écrit dans son ensemble en français et que l'on reconnait le son wou. La difficulté est toute autre pour lire les actes des ''sauvages'' (amérindiens) d'avant 1700 rédigés en latin. La lecture demande une certaine habitude.

Par exemple quelques actes de 1652 de la paroisse de l'Immaculée-Conception de Trois-Rivières (Mauricie, Québec) ci-dessous, il y en a beaucoup d'autres, le premier mot souligné est 8ra8abik8k8t8, il faut lire Wourawouabikwoukwoutwou. Je vous laisse le soin de lire les suivants.

(Source : registre des B.M.S. de Trois-Rivières - 1652)

Parmi les ancêtres de Chloé, il n'a pas encore trouvé d'amérindiens dans sa lignée !

  Et vous, avez-vous rencontré des caractères spéciaux peu communs ?

 

ChallengeAZ 2014

Le ChallengeAZ 2014 est annoncé pour juin 2014, en patientant vous pouvez toujours aller lire les articles de celui de 2013, ou mes articles.

Que se passe-t-il en août ?

Ce sont les vacances !

GeneaBloggers

 Ce site est référencé par Thomas McEntee